(4) Investir dans un récupérateur d’eau de pluie

L’eau est un élément essentiel pour vos plantes afin qu’elles puissent se développer correctement. Au lieu d’utiliser de l’eau du robinet pour arroser vos plantes, pourquoi ne pas opter pour de l’eau de pluie ? C’est une ressource gratuite, qui permet d’économiser les ressources naturelles et si précieuses. De plus, l’eau de pluie est meilleure pour les plantes que l’eau du robinet. En effet, l’eau de pluie est moins dure, c’est-à-dire moins calcaire et ne contient pas de chlore.

Il est donc très intéressant d’investir dans un récupérateur d’eau de pluie qui vous permettra d’apporter à vos plantes de l’eau de qualité et gratuite !

Quel volume pour ma cuve ?

Vous pouvez demander à des professionnels de vous indiquer le volume nécessaire pour votre cuve.

Pour définir ce volume, il est préalablement nécessaire de connaitre la pluviométrie de votre région, la forme de votre toiture, la surface de votre toiture, la surface totale extérieure que vous souhaitez arroser, et le type d’arrosage (massif, gazon, potager).

Mais en règle générale, prévoyez un volume de 150-500 litres pour un jardin de moins de 50m2. Pour les jardins qui dépassent 100m2, prévoyez un volume de 500-1000 litres.

Réservoir de pluie hors-sol

Le réservoir de pluie se place sous une gouttière dans une zone ombragée, ce qui permettra de limiter l’évaporation de l’eau et la formation d’algues. Pour les mêmes raisons, il est préférable que le réservoir soit doté d’un couvercle.  Les réservoirs de pluie peuvent généralement accueillir un volume d’eau allant de 200 à 1000 litres, ce qui sera suffisant pour un jardin de taille moyenne. Il est important que le réservoir soit facile d’accès et très pratique qu’il soit doté d’un robinet afin de remplir votre arrosoir ou votre seau.

Pour éviter les débordements, les cuves sont généralement pourvues de clapet. S’il y en n’a pas, prévoyez d’en installer un afin que l’excédent d’eau soit dirigé vers le réseau normal.

Les cuves hors-sols sont sensibles au gel. Il est donc nécessaire de les vider en hiver ou alors de les rentrer à l’intérieur.

(5) Déplacer vos arbres et arbustes

Vous avez planté un arbre fruitier ou d’ornement dans votre jardin, mais après réflexion, vous vous rendez compte qu’il n’a pas forcément été planté au bon endroit (ensoleillement, esthétique) ou vous souhaitez le déplacer car vous souhaitez installer autre chose à sa place, ou encore vous déménagez et souhaitez emporter votre arbre avec vous. Pour faire court, vous souhaitez le transplanter.

Trou de transplantation

Quand le transplanter ?

Transplantez votre arbre quand il est en dormance et que l’état du terrain est bon. Ceci signifie qu’il faut éviter les périodes de gel ainsi que les périodes suivant de fortes pluies. Ainsi, transplantez votre arbre à feuilles caduques de novembre à mi-mars. Les arbres à feuilles persistantes se transplantent généralement en octobre ou fin mars.

Est-ce que c’est mieux de transplanter un jeune arbre ?

Un jeune arbre rend effectivement le processus de transplantation plus facile grâce à sa motte maniable et à son développement rapide. Mais tout comme les arbres adultes, ils subissent un choc lors de la transplantation. Ainsi, apportez une attention particulière aux soins post-transplantation qui permettront à l’arbre – jeune ou adulte – de se rétablir.

Etape 1 : La taille des racines

Pour les arbres adultes, il faudra s’y prendre à l’avance. En effet, il sera nécessaire de tailler les racines plusieurs mois à l’avance. Ceci permettra à l’arbre de développer de nouvelles racines qui seront plus proches de la base du tronc. Si vous souhaitez transplanter votre arbre en automne, taillez les racines le printemps précédent. Pour transplanter votre arbre adulte en mars, taillez les racines l’automne précédent la taille.

  1. Bien arroser l’arbre le jour précédent la taille des racines pour que la terre reste bien au contact des racines.
  2. Calculer le rayon idéal de la motte. Une règle rapide est que le rayon de la motte est de 6cm/cm d’épaisseur du tronc. Exemple : Si le tronc a une épaisseur de 5 cm, taillez les racines pour avoir une motte de 30 cm de rayon (60 cm de diamètre).
  3. Creuser une tranchée qui correspond au rayon de la motte calculé précédemment à 60 cm de profondeur et 30 cm de largeur au moins. Bien s’assurer que les racines existantes qui dépassent le rayon sont taillées.
  4. Remplir la tranchée avec la terre.

Etape 2 : La transplantation

  1. Assurez-vous que votre arbre est en bonne santé avant de le déplacer, car si tel n’est pas le cas : il ne survivra pas à sa transplantation. Nous vous conseillons donc d’attendre qu’il aille mieux avant de le transplanter.
  2. Choisir son nouvel emplacement intelligemment. Informez-vous sur ses besoins en termes d’ensoleillement, d’arrosage, du type de sol.
  3. Arroser l’arbre le jour précédent sa transplantation. Ceci permettra une meilleure cohésion de la motte.
  4. Creuser un trou 3 fois plus large que la motte. Par contre, le trou doit avoir la même profondeur que la motte. Bien arroser le trou.
  5. Sortez doucement l’arbre de son trou en respectant la règle du rayon de la motte décrite ci-dessus.
  6. Mettre l’arbre dans le trou du nouvel emplacement et le remplir de terre.
  7. Bien arroser et y mettre du mulch. Qu’est-ce que le mulch ? Venez jeter un coup d’œil à notre article qui traite de ce sujet !

Etape 3 : Post-transplantation

  1. Arroser régulièrement surtout pendant les périodes de grande sécheresse.
  2. Eviter l’engrais pendant au moins 1 an. L’arbre doit se concentrer sur le développement de ses racines avant tout !

 

Article: Les 5 choses à faire dans son jardin en mars

(1) Etablir un contrat d’entretien annuel avec votre paysagiste

(2) Taille des grimpantes

(3) Tailles des arbustes

(4) Investir dans un récupérateur d’eau de pluie

(5) Déplacer vos arbres et arbustes

 


Vous souhaitez confier la transplantation de vos arbres ou arbustes à des paysagistes qualifiés? Contactez-nous et nous reviendrons rapidement vers vous pour votre projet!

 

 

Découvrez notre univers

Découvrez nos services

Découvrez nos réalisations

(2) TAILLE DES GRIMPANTES

A tailler en mars: Clématite d’été et Rosier grimpant (remontant)

La Clématite d’été

La clématite est une plante grimpante très florifère: on la surnomme la reine des lianes! Il existe plusieurs espèces, persistantes ou caduques, printanière ou estivale.

En ce qui concerne sa taille:

  • Recouper toutes les branches à 30/40 cm du sol.
  • Enlever les branches sèches.

Rosier grimpant (remontant)

Le rosier grimpant remontant fleurit plusieurs fois jusqu’aux gelées à conditions de supprimer les fleurs fânées! Un vrai atout charme pour vos murs, pergolas ou autre!

En ce qui concerne sa taille:

  • Sélectionner les branches que l’on souhaite voir grimper, de préférence de jeunes pousses qui porteront plus de fleurs.
  • Enlever tout le bois sec et bien nettoyer les feuilles mortes autour du pied

(3) TAILLE DES ARBUSTES

A tailler en mars: Althéa (Hibiscus syriacus) et Arbre aux papillons (Buddleja)

Althéa (Hibiscus syriacus)

Althéa – Hibiscus-syriacus

Appelé également hibiscus ou mauve en arbre, cet arbuste caduque fleurit généreusement de l’été jusqu’en automne.

En ce qui concerne sa taille:

  • Tailler les inflorescences au-dessus d’un œil dirigé vers l’extérieur pour garder une belle forme.

Arbre aux papillons (Buddleja)

L’arbre aux papillons peut être utilisé pour des haies libres entre autres et attire toutes sortes d’insecte et de papillons, d’où son nom! Sa croissance est rapide.

Arbre aux papillons – Buddleja

En ce qui concerne sa taille:

  • Il supporte bien le rabattage et nécessite d’être taillé court tous les ans. Moins il sera rabattu, moins il aura de fleurs.

 

Article: Les 5 choses à faire dans son jardin en mars

(1) Etablir un contrat d’entretien annuel avec votre paysagiste

(2) Taille des grimpantes

(3) Tailles des arbustes

(4) Investir dans un récupérateur d’eau de pluie

(5) Déplacer vos arbres et arbustes

 


Découvrez notre univers

Découvrez nos services

Découvrez nos réalisations

Quel est son nom ?

Viorne tin, laurier-tin, laurentin ou Viburnum Tinus

Pourquoi l’adopter ?

Premièrement, cet arbuste est facile à vivre et demande très peu d’entretien ! Avec le laurier-tin vous aurez des choses à admirer tout au long de l’année : il se pare d’adorables boutons de fleurs blancs crème-rosés qui donneront naissance à de belles grappes de fleurs de novembre à avril. Mais ce n’est pas terminé : cet arbuste vous éblouira avec des petites baies bleutées après la floraison. Soyez tout de même attentif au fait que les baies ne sont pas comestibles, voire toxiques ; laissez-les aux oiseaux qui se régaleront ! Son feuillage vert foncé vous permettra d’avoir une belle présence « verte » tout au long de l’année étant donné que le laurier-tin est persistant.

Est-il adapté pour notre région ?

Cet arbuste supporte des températures jusqu’à -15°C. Néanmoins, évitez de l’exposer aux vents froids. En hiver, protégez son pied avec un paillis.

Je le plante où ?

Plantez le Viburnum à un endroit ensoleillé ou mi-ombragé, à l’abri du vent.

Et pour la plantation : des petits conseils ?

Plantez le Viburnum en automne ou en hiver, si vous le dénichez en racines nues ou en motte. Et oui, vous pouvez le planter vos arbustes en hiver ! Pour en savoir plus, consultez notre article sur les plantations en hiver. Vous pouvez également planter votre arbuste durant le printemps, mais évitez l’été, car votre arbuste vous demandera beaucoup d’eau et aura une moins bonne chance de reprise. Il aimera tout type de sols humifères, y compris les sols calcaires.

Et en terme d’entretien ?:

Il sera nécessaire de l’arroser régulièrement pendant un an suivant sa plantation, le temps que l’arbuste s’établisse. Arrosez-le également durant les périodes de grande sécheresse, que ce soit en été ou en hiver.

Le Laurier-tin ne nécessite pas de taille, à moins que vous souhaitiez limiter sa croissance ou lui donner une forme. Taillez lorsque les dernières fleurs sont fanées (aux alentours de mars-avril), tout en gardant quelques fleurs afin d’admirer les belles baies bleutées qui suivent la floraison.

Vous pouvez également lui donner un petit boost en printemps avec de l’engrais longue durée si vous le souhaitez.

Quelles sont les associations ?:

Plantez-le en haies fleuries et associez-le à des vivaces ou bulbes de fleurs qui fleurissent de novembre à avril pour l’accompagner! Vu son feuillage plutôt sombre, vous pouvez aussi l’utiliser comme « fond » vert foncé afin de faire ressortir les fleurs colorées de certains arbustes !

Est-il possible de le faire pousser sur mon balcon/ma terrasse ?:

Vu sa lente croissance et sa forme compacte, il est tout à fait possible de faire pousser un Viburnum Tinus dans un pot.

Commencez par replanter votre arbuste dans un plus grand pot que celui dans lequel il est arrivé. Assurez-vous que votre pot est drainant, c’est-à-dire qu’il est percé au fond et qu’il est rempli par un système de drainage au bas (graviers, billes d’argile, vieux tessons de pots préalablement désinfectés ou petits galets). Ceci est très important, pour que vos racines ne pourrissent pas et ne s’asphyxient pas, mais également pour que l’eau ne gèle pas dans votre pot en hiver ! Etant donné qu’il est dans un pot et donc plus susceptible à la sécheresse, assurez-vous de l’arroser quand il en a besoin durant l’été. Vous ne savez pas quand arroser vos plantes en pot ? Consultez notre article qui traite de ce sujet ! Comme mentionné plus tôt, vous pouvez limiter sa croissance en le taillant après floraison.

Comme mentionné plus tôt, placez votre Viburnum à l’abri du vent et contre un mur. Demandez conseil en jardinerie pour avoir des variétés compactes et qui vous donneront de belles fleurs.

Où le trouver ?

Pépinière Meylan

Pépinière Baudat

Pépinière Jacquet

 


Découvrez notre univers

Découvrez nos services

Découvrez nos réalisations

Vous êtes tranquillement sur votre terrasse de jardin en train de lire un livre quand soudain, le vent se lève ! Horreur : tout vole ! Les chaises de jardin, le magazine posé sur votre table basse extérieur et même votre pot de fleur a failli tomber ! Une quiétude qui s’envole aussi vite que votre magazine !

Ce vent n’est pas embêtant que pour vous, il l’est aussi pour vos plantes : un jardin exposé aux rafales de vent, c’est synonyme de plantes déshydratées et de sols secs ; ce qui réduit considérablement le développement de vos plantes.

Vu les dégâts que le vent peut causer à votre jardin, il sera très certainement nécessaire de créer un brise-vent.

Laissez passer de l’air !

Avant tout, il est important de comprendre que faire installer un grand mur plein en bordure de votre terrain n’aidera pas à réduire le vent, bien au contraire ! En effet, le vent contournera votre obstacle pour réapparaître à une distance équivalente à deux fois la hauteur de votre mur. Votre problème de vent dans votre jardin ne sera donc pas résolu.

Optez donc plutôt pour des brise-vents semi-perméables qui réduiront le vent sur une distance équivalente à 10 fois la hauteur du brise-vent. Il est important de noter également que la longueur du brise-vent doit être plus longue que la zone exposée au vent.

 

Brise-vents naturels

Haie, arbres ou arbustes constitueront de très bons brise-vents naturels.

Si vous choisissez des plantes à feuillage persistant, l’avantage est qu’elles se développent généralement plus rapidement et qu’elles vous permettront d’être à l’abri du vent et des regards tout au long de l’année. Soyez tout de même attentifs au fait que ces plantes peuvent devenir très denses, ce qui réduirait leur semi-perméabilité et donc leur effet brise-vent. Il serait donc plus judicieux de choisir un mélange de plantes persistantes et caduques ; ou alors de mélanger plusieurs sortes de plantes persistantes (denses et moins denses) afin d’améliorer la semi-perméabilité, mais également afin de laisser passer la lumière.

En ce qui concerne l’agencement, votre haie se plantera généralement sur une seule ligne, surtout si vous n’avez pas trop de place.

En revanche, si vous avez de la place et décidez de planter des arbres et arbustes sur plusieurs lignes, voici quelques conseils :

  • Un brise-vent est constitué de 3 à 8 lignées de plantes généralement
  • Alternez lignée de conifères (persistants) et d’arbres caduques
  • Les conifères (persistants) sont généralement placés du côté où arrive le vent, alors que les arbres caduques sont généralement placés au centre. Ainsi, le vent est déjà considérablement diminué avant d’arriver sur les autres lignées de plantes.
  • Une lignée d’arbustes est généralement placée côté jardin ; ceci permettra également d’être protégé du vent au niveau du tronc des arbres qui ne protège pas du vent. Cette lignée permettra également à la faune locale de venir s’y établir.
  • Planter vos arbres/arbustes en quinconce afin d’avoir une diminution du vent sur toute la longueur

Les plantes brise-vent

Eleagnus – Brise vent naturel.

L’eleagnus, le troène, le cyprès, l’if, le houx pour les persistants.

Ensuite alternez avec des plantes caduques qui apporteront de jolies floraisons et de la nourriture pour la faune durant la belle saison. Le seringat, le groseiller à fleurs, l’érable champêtre, et bien plus encore ! Laissez libre court à vos envies et votre imagination !

Groseiller à fleurs – plante caduque.

 

Article: Les solutions pour être à l’abri du vent dans mon jardin/balcon.

(1) Brise-vents naturel

(2) Brise-vents artificiel

 


Découvrez notre univers

Découvrez nos services

Découvrez nos réalisations

(4) TAILLE DES GRIMPANTES

A tailler en février: chèvrefeuille et glycine!

La glycine

Glycine

La Glycine : une plante grimpante qui pousse à profusion durant la belle saison !

Vous l’avez sûrement raccourcie plusieurs fois dans l’année, mais maintenant c’est le moment de lui appliquer la taille de rabattage.

  • Commencez par repérer les branches principales que vous allez conserver pour la structure et mais également pour lui permettre de continuer à coloniser son support.
  • Après avoir enlevé le bois sec et les feuilles sèches qui peuvent rester vous y verrez plus clair.
  • Taillez toutes les branches en ne gardant qu’un ou deux bourgeons.
  • Cela paraît court mais la Glycine le supporte bien et en a besoin !

(5) TAILLE DES ARBUSTES

A tailler en février: Arbre à perruques (Cotinus coggygria) et le Desmodium ou Lespedeza

Arbre à Perruques (Cotinus coggygria)

Cotinus_coggygria

Il s’agit d’un arbuste à fort développement, en une saison il peut faire des branches de plus d’un mètre. Il supporte très bien le rabattage, c’est même important de le rabattre une fois tous les deux à trois ans afin qu’il conserve un port compact et dense.

Les autres années, contentez vous de supprimer les branches sèches et malades.

(5) TAILLE DES ARBRES FRUITIERS

A tailler en février: Pommier et poirier

À la fin du mois de février, vous pouvez commencer à tailler vos fruitiers à pépins. Il faut que les périodes de fortes gelées soient passées pour éviter que l’arbre ne souffre du gel après avoir été taillé. De plus, les bourgeons seront plus développés donc il sera plus facile de repérer les bourgeons qui donneront des fleurs !

  • Supprimez les branches qui se croisent et se gênent en favorisant les plus solides et qui se dirigent vers l’extérieur de l’arbre.
  • Coupez toujours au-dessus d’un bourgeon à angle droit, ce qui réduira la surface de cicatrisation.
  • Il faut que votre sécateur soit bien aiguisé pour ne pas pincer les branches et réduire les chances d’apparition de maladies !

 

Article: Les 5 choses à faire dans son jardin en février

(1) Rabattre les graminées

(2) Planter des bulbes de Lys

(3) Faire appel à un professionnel pour la maçonnerie paysagère

(4) Taille des grimpantes (chèvrefeuille et glycine)

(5) Tailles des arbustes et arbres fruitiers (Cotinus coggygria, Desmodium, Lespedeza, pommier, poirier)

 

 


La taille des fruitiers est assez simple quand on connait les bases. Toutefois il vaut mieux éviter de s’aventurer à l’aveugle dans ce type de taille sans quelques bases techniques.

N’hésitez pas nous consulter pour prendre une ou deux heures de conseils de taille sur vos propres arbres pour ensuite être pleinement autonome lors des prochaines cessions de taille !

 

 

Découvrez notre univers

Découvrez nos services

Découvrez nos réalisations

1- RABATTRE LES GRAMINEES

Il existe une multitude de graminées décoratives avec des tailles et feuillages différents.

Suivant la période à laquelle le feuillage sèche, chaque variété doit être rabattue à un moment spécifique dans l’hiver. Mais c’est surtout une question de goût personnel. Si vous aimez bien leur feuillage et que vous souhaitez en profiter tout l’hiver vous pouvez le garder. Cela apporte du volume à vos massifs et avec la neige ou la glace c’est très beau.

A l’inverse, si vous aimez quand tout est tiré à quatre épingles vous pouvez déjà rabattre vos graminées à la fin de l’automne. C’est avant tout un choix personnel !

Certaines variétés telles les Carex et les Stipas n’ont pas besoin d’être taillées. Mais la plupart on besoin d’une taille sévère pour leur permettre de refaire un beau feuillage au printemps !

Stipas

Coupez à l’aide d’une cisaille ou d’un sécateur à environ 5 cm du sol. Enlevez tout ce qui est sec et évitez de laisser des feuilles au sol, cela pourrait être vecteur de maladies.

 

2- PLANTER DES BULBES DE LYS

Et oui : il est possible de planter des bulbes de Lys en février et ceci jusqu’à avril ! En effet, certaines variétés de bulbes sont rustiques et peuvent être plantées durant l’hiver (évitez tout de même les périodes de fortes gelées).  Alors n’hésitez pas à en planter pour agrémenter le pied de vos arbustes ou pour les mettre en valeur dans un pot en terre cuite : elles fleuriront durant l’été !

Le Lys est une plante bulbeuse vivace et rustique (-19°C) à floraison estivale. Il est très apprécié pour ses fleurs généreuses et son odeur suave et enivrante. Il peut mesurer de 60cm à 3m de hauteur ; les variétés de grandes tailles auront par ailleurs besoin d’un tuteur.  Le lys, en plus d’être beau à regarder, a des vertus cicatrisantes et antiseptiques. Les bulbes de lys n’ont pas de protection, ce qui les rend particulièrement sensibles à la sécheresse. Il est donc important de les planter rapidement après réception/achat !

Conditions de plantation

Les bulbes préfèrent les endroits ensoleillés et les sols bien drainants, frais en été et sans calcaire. Votre sol n’est pas drainant ? Pas de panique : le Lys peut très bien pousser en pot également pour embellir votre entrée ou pour un balcon/terrasse ! Faites bien attention à planter vos bulbes avec les racines vers le bas et la pointe vers le haut.

Plantation en pot

Si vous le faites pousser en pot, n’oubliez pas de lui assurer un bon drainage, c’est-à-dire qu’il faudra percer le pot au fond puis le remplir par un système de drainage au bas (graviers, billes d’argile, vieux tessons de pots préalablement désinfectés ou petits galets). Ensuite, remplissez votre pot de terreau pour bulbes à fleurs. Plantez les bulbes à 10-15 cm de profondeur (trois fois la taille du bulbe) à l’aide d’un plantoir à bulbes et espacez-les de 10-15 cm. Arrosez légèrement et placez votre pot au soleil.  Pour les plantations en jardinières, préférez des variétés de petites tailles.

Plantation en pleine terre

Si vous le plantez en pleine terre, placez les bulbes à l’aide d’un plantoir à bulbes à 10-15 cm de profondeur (trois fois la taille du bulbe) et mettez 20-25 centimètres de distance entre chaque bulbe pour qu’ils puissent bien se développer. Arrosez légèrement après plantation et n’oubliez pas de marquer l’emplacement des bulbes !

Arrosage – Entretien

Il est important de les arroser régulièrement, surtout au printemps et en été. Le pied des bulbes peut également être paillé en été, afin de bien garder l’humidité. Arrosez-les donc régulièrement de sorte que la terre soit fraiche, mais pas excessivement car les bulbes risquent de pourrir en cas de trop forte humidité. Vous pouvez apporter de l’engrais pour fleurs à bulbes lors de la floraison. Diminuez les arrosages en automne, puis arrêtez-les en hiver. Supprimez les fleurs fanées au fur et à mesure afin de ne pas fatiguer le bulbe pour rien. N’oubliez pas de couper les tiges après floraison, une fois qu’elles sont sèches. En revanche, gardez un maximum de feuillage afin que le bulbe reconstitue ses réserves et fleurisse bien l’année suivante. Vu leur rusticité (-19°C), vous pouvez laisser les bulbes de lys en terre. Les bulbes se multiplient seuls et le nombre de fleurs augmentent chaque année.

Le Lilium candidum

Le Lilium candidum (lis blanc ou lis de la madone) est une variété qui ne fait rien comme tout le monde ! Il se plante en automne, à 2-3 cm de profondeur uniquement !

Le saviez-vous ?

Les bulbes ont besoin d’une période de froid pour bien se développer. Si les températures augmentent plus tôt que prévu, les fleurs pointeront plus tôt le bout de leur nez.  Ainsi, un hiver froid et long est une promesse de floraison longue et vigoureuse !

Nos coups de cœur

  • Le Lilie Landini : Pour son côté dramatique et mystérieux avec sa belle floraison pourpre.
  • Le Lis jaune : Pour son jaune éclatant ponctué de petits points noirs.
  • Le Lis de Pâques : Pour son blanc immaculé et son élégance.

Article: Les 5 choses à faire dans son jardin en février

(1) Rabattre les graminées

(2) Planter des bulbes de Lys

(3) Faire appel à un professionnel pour la maçonnerie paysagère

(4) Taille des grimpantes (chèvrefeuille et glycine)

(5) Tailles des arbustes et arbres fruitiers (Cotinus coggygria, Desmodium, Lespedeza, pommier, poirier)

 


Découvrez notre univers

Découvrez nos services

Découvrez nos réalisations

Quel est son nom ?

Noisetier de sorcière « Orange Beauty » ou Hamamelis intermedia « Orange Beauty »

Pourquoi l’adopter ?

Cet arbuste vous éblouira en hiver avec ses fleurs colorées, parfois odorantes et ses belles couleurs en automne ! Vous souhaitez avoir quelque chose à admirer dans votre jardin durant l’hiver ? Le Noisetier de sorcière est fait pour vous !

Est-il adapté pour notre région ?

Cet arbuste supporte des températures jusqu’à -15°C, donc pas de soucis à se faire là-dessus. Néanmoins, si vous achetez une plante très jeune, il se peut que vous ayez à la protéger du gel les premières années, le temps que l’arbuste s’établisse.

Je le plante où ?

Plantez l’Hamamelis à un endroit ensoleillé ou mi-ombragé, à l’abri du vent. Le soleil durant l’hiver lui permettra de bien fleurir.

Et pour la plantation : des petits conseils ?

Plantez l’Hamamelis en automne ou en hiver, si vous le dénichez en racines nues ou en motte. Et oui, vous pouvez planter vos arbustes en hiver ! Pour en savoir plus, consultez notre article sur les plantations en hiver. Vous pouvez également planter votre arbuste durant le printemps, mais évitez l’été, car votre arbuste vous demandera beaucoup d’eau et aura une moins bonne chance de reprise.  Il aimera les sol fertiles et humifères, plutôt acides ou neutres et peu calcaires. Le sol doit être drainant, mais frais en été.

Et en terme d’entretien ?

Il sera nécessaire de l’arroser régulièrement pendant deux-trois ans suivant sa plantation, le temps que l’arbuste s’établisse. Arrosez-le également durant les périodes de grande sécheresse, que ce soit en été ou en hiver. En effet, sa saison de floraison étant en hiver, il est important qu’il boive à sa soif pour pouvoir vous donner de belles fleurs.

Le Noisetier de sorcière ne requiert pas ou peu de taille, à moins que vous souhaitiez limiter sa croissance. Dans ce cas, couper les pousses de la saison précédente, et ceci juste après la fin de la floraison. Puisque l’Hamamelis Orange Beauty est souvent greffé sur le tronc d’un Hamamelis virginiana, Il se peut que votre arbuste drageonne : dans ce cas, supprimez les drageons en automne.

Vous pouvez également lui donner un petit boost en printemps avec de l’engrais longue durée si vous le souhaitez.

Quelles sont les associations ?

Pour bien profiter et admirer sa floraison, vous pouvez le mettre devant des arbustes persistants verts, l’orange de ses fleurs ressortira bien ! De la même manière, vous pouvez le mettre devant un mur blanc ou un mur peint si vous l’avez en pot !

Vous pouvez également l’associer avec des graminées : cette association vous offrira un beau show pour l’hiver ! Entre les graminées recouvertes de gel et les fleurs époustouflantes de l’Hamamelis, vous ne saurez plus où donner de la tête !

Est-il possible de le faire pousser sur mon balcon/ma terrasse ?

Vu sa lente croissance (10-25 cm par année), il est possible de faire pousser un Hamamelis dans un pot et ceci pendant plusieurs années. Commencez par replanter votre arbuste dans un plus grand pot que celui dans lequel il est arrivé. Assurez-vous que votre pot est drainant, c’est-à-dire qu’il est percé au fond et qu’il est rempli par un système de drainage au bas (graviers, billes d’argile, vieux tessons de pots préalablement désinfectés ou petits galets). Ceci est très important, pour que vos racines ne pourrissent pas et ne s’asphyxient pas, mais également pour que l’eau ne gèle pas dans votre pot en hiver ! Etant donné qu’il est dans un pot et donc plus susceptible à la sécheresse, assurez-vous de l’arroser quand il en a besoin durant l’été. Vous ne savez pas quand arroser vos plantes en pot ? Consultez notre article qui traite de ce sujet ! Comme mentionné plus tôt, vous pouvez limiter sa croissance en le taillant après floraison. Vous pouvez également opter pour le pot si votre sol n’est pas adapté à l’Hamamelis.

Où en trouver?

Vous en trouverez facilement dans les jardineries ou pépinières de la région:

 

Hamamelis dans toute sa splendeur en pleine floraison!

 


Découvrez notre univers

Découvrez nos services

Découvrez nos réalisations

Planter en hiver : oui ou non ?

Evidemment, un jardin ne se limite pas à la maçonnerie paysagère… Vous vous demandez sûrement s’il est possible de planter durant cette saison ! La réponse est oui, mais pas n’importe quoi et pas n’importe comment ! En hiver, privilégiez les plantations d’arbres et d’arbustes à racines nues ou en motte.

Quelle est la différence entre une plante en containeur et une plante à racines nues ?

Une plante à racines nues a été soulevée de sa terre lors de son repos végétatif. Elle est destinée à être vendue telle quelle avec ses racines dites « nues », c’est-à-dire dépourvues de terre.

Les plantes en godet ou containeur quant à elles, ont été transplantées dans des pots dans l’attente de trouver acheteur.

La plus grande différence entre les deux est la période de plantation : les plantes en containeur se plantent toute l’année, alors que les plantes à racines nues se plantent de novembre à avril.

 

Quelles sont les avantages à planter vos plantes (à racines nues) en hiver ?

Le principal avantage est que durant l’hiver, la plante est en dormance et ainsi moins sensible aux chocs. De plus, la plante aura tout le temps nécessaire pour développer son système racinaire. La plante sera ainsi bien installée et pourra affronter la saison et la chaleur estivale avec brio ! Il est vrai que ces plantes peuvent paraître moins jolies au début, mais patience est mère de vertu ! Vous vous rendrez vite compte qu’elles s’installent plus facilement et donc poussent plus rapidement qu’une plante plantée en été et qui souffre de la sécheresse !

Quels sont les avantages à planter une plante à racine nues ?

Contrairement aux plantes en pot, les plantes à racines nues ne développent pas de chignons (ou emmêlement de racines), ce qui leur confère une meilleure chance de survie. La qualité des racines peut être directement vérifiée, contrairement à une plante en containeur. De plus, les plantes à racines nues sont plus grandes à l’achat et elles sont généralement moins chères que les plantes en containeurs.

Quelles sont les précautions à adopter ?

Bien évidemment, ne plantez pas les jours de gel. Les plantes à racines nues doivent être plantées directement à la livraison. Si ce n’est pas possible, il est nécessaire de les mettre en jauge. Pour savoir comment les mettre en jauge, nous vous invitons à lire notre point « Quelques conseils de plantation ».

Et les plantes en motte, puis-je en planter durant l’hiver ?

Tout comme les plantes à racines nues, les plantes en motte peuvent être plantées durant l’hiver sous réserve que le sol ne soit pas gelé afin de pouvoir les arracher et les sortir de pépinière.

 

Quelques conseils de plantations

Mise en jauge

Surtout, si vous ne pouvez pas planter rapidement votre plante en racines nues il faudra la mettre en jauge pour éviter que les racines se dessèchent. Cela consiste à enfouir la partie racinaire dans de la terre meuble, sans nécessairement la tasser. Une fois l’emplacement choisi, creusez un trou de plantation un peu plus grand que le système racinaire de votre plante. La profondeur doit être équivalente à la hauteur des racines. Ameublissez bien le fond pour faciliter le futur enracinement. Incorporez 1/3 de compost à la terre extraite.

Plantation

  • Avant la plantation, taillez les racines abîmées et raccourcissez légèrement les plus grosses.
  • Si les racines paraissent sèches vous pouvez les praliner. Cela consiste à les badigeonner avec un mélange de terre argileuse et d’eau. Ainsi vous favoriserez la reprise de votre plante.
  • Pour les arbres fruitiers : taillez votre arbre en supprimant les branches trop proches les unes des autres, enlevez la moitié de la pousse de l’année. Taillez au-dessus d’un bourgeon dirigé vers l’extérieur.
  • Posez l’arbre dans le trou et glissez le tuteur à la verticale entre les racines, au plus près du tronc. Vous l’attacherez à la fin de la plantation. Et si vous utilisiez votre tronc de sapin de Noël comme tuteur? Tout se recycle!
  • Ensuite rebouchez avec le mélange terre/compost. Utilisez en premier la terre fine afin de bien la faire glisser entre toutes les racines. Il ne faut pas laisser d’air entre les racines ! Tassez légèrement au fur et à mesure du remplissage sans abîmer les racines.
  • Avec la terre restante vous pouvez former une cuvette autour de l’arbre, ce qui facilitera les arrosages lors de la première saison.
  • Pour finir arrosez abondamment, même par temps pluvieux. Ce premier arrosage appelé aussi plombage permettra de bien tasser la terre contre les racines et d’éviter les trous d’air.

 

Une petite liste (non exhaustive) des arbres et arbustes vendus en racines nues

La plupart des plantes à feuillage caduc peuvent se trouver en racines nues en pépinière. Elles sont en repos végétatif en hiver et peuvent donc être transplantées sans risques.

Les plus répandues sont les arbres fruitiers et les rosiers. On peut avoir également des petits fruitiers tels que des framboisiers, ou groseillers.

Certains arbustes de haies peuvent être aussi disponibles en racines nues ; ceci peut-être intéressant financièrement parlant si vous avez une très longue haie à créer.

 

Article: Est-il possible de faire refaire son jardin en hiver?

(1) Avantages et inconvénients

(2) Planter en hiver: oui ou non?

 


Vous souhaitez planter une haie, arborer votre gazon, habiller votre extérieur de beaux arbustes ? N’hésitez plus à le faire faire en hiver, vous leur assurerez une bonne croissance ! Contactez-nous pour vos travaux de plantations d’arbres ou d’arbustes !

 

 

Découvrez notre univers

Découvrez nos services

Découvrez nos réalisations

4- ARROSAGE EN HIVER

Contrairement à ce que laisse imaginer leur apparence, certaines plantes nécessitent d’être arrosées durant l’hiver, surtout celles en bacs.

Voici quelques conseils de base à respecter :

  • Arrosez en début d’après-midi lorsque le sol est le moins froid au cours de la journée. La terre légèrement réchauffée permet une meilleure absorption de l’eau par les plantes. Evitez surtout d’arroser quand la température est négative ou lorsque des gelées sont prévues. Laissez les plantes se reposer.
  • Les plantes en pleine terre ne nécessitent aucun arrosage au cours de l’hiver. Toutefois, surveillez les nouvelles plantations d’automne, qui pourraient avoir besoin d’un arrosage léger juste après les périodes de gel, une à deux fois par mois.
  • Que ce soit en bacs ou en pleine terre, il faut impérativement que le sol soit bien drainant, il ne doit surtout pas se gorger d’eau.
  • Optez donc pour un arrosage léger, en pluie fine si possible.
  • La température de l’eau d’arrosage doit être le plus proche possible de la température du sol, ni trop froide, ni trop chaude.
  • Sur votre balcon ou votre terrasse, les plantes qui sont le plus abritées des précipitations sont celles qu’il vous faut surveiller attentivement !
  • En moyenne, un arrosage tous les quinze jours est suffisant.
  • Afin de protéger vos tuyaux d’arrosage du gel, n’oubliez pas de les vider entièrement après chaque utilisation.

5- HIVERNAGE DES PLANTES

Qu’est-ce qu’une plante rustique?

Durant l’hiver, les plantes non rustiques devront être protégées des températures basses. On appelle plantes rustiques celles qui supportent une température négative, les autres nécessitent que nous apportions une ou plusieurs solutions afin qu’elles ne souffrent pas du froid.

Quelles plantes devraient être hivernées?

L’hivernage des plantes concerne les plantes d’orangerie et méditerranéennes : palmier, bougainvillée, agrume, laurier rose par exemple. D’autres variétés gélives telles que les bulbes d’été, les fuchsias, les géraniums sont à rentrer à l’abris ou à protéger avant les premières gelées.  Les bulbes non rustiques tels que le bégonia, le dahlia, ou le glaïeul sont à déterrer et rentrer à l’abri de la lumière jusqu’à leur plantation au printemps.

Comment les hiverner?

Il y a différentes manières de protéger vos plantes suivant le port qu’elles ont, leur variété, si elles sont en pot ou en pleine terre.

Celles qui sont en bac peuvent être rentrées dans un endroit frais, sec et aéré ; lumineux si possible. Si vous n’avez pas d’espace dédié pour l’hivernage des plantes en bac, vous pouvez les rapprocher d’un mur pour les abriter du vent froid et privilégier une exposition ouest ou sud.

Un voile d’hivernage protégeant le pot évitera aux racines de geler. Vous pouvez également ajouter un voile ou de la toile de jute pour protéger le tronc dans le cas des plantes en tige. La protection des branches et parties aériennes est moins importante mais peut être intéressante pour des plantes persistantes telles que l’olivier dont les feuilles seront sensibles aux vents froids.

Pour les grands sujets, il est nécessaire de créer une armature pour poser la toile d’hivernage. Il faut éviter que la neige abîme les branches par son poids.

Pour protéger au niveau du sol, un paillis sera très efficace ; veillez à ce qu’il ne s’envole pas en posant des branches de sapin par-dessus par exemple. Vous souhaiter recycler votre sapin? Voici un article qui vous donnera quelques idées pour le recycler!

 

Article: Les 5 choses à faire dans son jardin en janvier

(1) Recycler son sapin de Noël

(2) Nourrir et abreuver les oiseaux

(3) Repoussez vos travaux de nettoyage!

(4) Arrosage en hiver

(5) Hivernage des plantes

 


Petits ou grands, nous pouvons trouver une solution d’hivernage pour chacun de vos végétaux ! N’hésitez pas à nous contacter !

 

 

Découvrez notre univers

Découvrez nos services

Découvrez nos réalisations

1- RECYCLER SON SAPIN DE NOËL

« Rien ne se perd, tout se transforme ». Cette maxime d’Antoine Lavoisier est aussi valable pour votre sapin de Noël ! Les fêtes de fin d’année sont maintenant terminées : il est temps de ranger vos décorations de Noël dans leur boîte. Mais que faire de votre sapin de Noël ? Voici quelques gestes qui permettront à votre sapin de ne pas avoir été coupé pour n’être utile que quelques semaines.

Vous avez un broyeur à végétaux, vous pouvez l’utiliser pour broyer vos branches de sapin !

Vous souhaitez acheter un broyeur à végétaux? Voici la sélection de broyeurs à végétaux proposé par Jardins de Jim.

Paillis

Le broyat de sapin pourra ensuite être utilisé comme paillis pour toutes vos plantes ; y compris celles qui n’aiment pas les sols acides. Beaucoup vous conseilleront de n’utiliser le broyat de sapin que pour des plantes acidophiles, sous peine de voir vos plantes endommagées par l’acidité du paillis de sapin. En réalité, même si vos épines de sapin ont un pH acide (de 3.2 à 3.8), le pH de votre sol est suffisamment stable pour ne pas être trop influencé par leur acidité. Il se peut que le pH de votre sol diminue quelque peu, mais cela n’aura pas d’effets néfastes sur vos plantes et le pH reviendra rapidement à la normale. En bref, utiliser du paillis de sapin acide une fois par année n’endommagera pas vos plantes.  Le paillis de sapin permettra également de freiner la pousse de mauvaises herbes et de protéger la terre des gelées. Il est évidemment possible de l’utiliser en combinaison avec des feuilles mortes.

Compost

Le broyat de sapin peut également être utilisé dans votre compost. Il se décomposera plus rapidement si vous l’avez préalablement broyé très fin. N’utilisez pas plus de 10% de broyat de sapin dans votre tas de compost. Une fois mûr, votre compost sera prêt à être utilisé !

Et le tronc ?

Après avoir broyé les branches, vous vous retrouvez avec le tronc du sapin et vous ne savez qu’en faire ? Vous pourrez l’utiliser comme tuteur pour vos plantes grimpantes, comme support ou même comme décoration dans votre jardin ! Laissez aller votre créativité !

Vous n’avez pas de broyeur à végétaux.

Renseignez-vous auprès de votre commune, beaucoup d’entre elles organisent un service de ramassage de sapin. Souvent, votre sapin servira à fabriquer du compost.

Ou alors contactez-nous et nous nous ferons un plaisir de nous occuper de la seconde vie de votre sapin dans votre jardin ! Broyage, paillage, compostage : nous sommes là pour vous aider !

 

Article: Les 5 choses à faire dans son jardin en janvier

(1) Recycler son sapin de Noël

(2) Nourrir et abreuver les oiseaux

(3) Repoussez vos travaux de nettoyage!

(4) Arrosage en hiver

(5) Hivernage des plantes

 


Découvrez notre univers

Découvrez nos services

Découvrez nos réalisations