Un bassin peut transformer l’atmosphère de votre jardin en y ajoutant de la couleur, du mouvement, différents végétaux et surtout c’est le meilleur moyen pour attirer la vie sauvage (grenouille, crapaud, oiseaux, hérissons) ! Il est non seulement esthétique, mais sa contemplation nous apporte sérénité, en plus de la faune.

Quels sont les différents bassins qu’il est possible de faire dans son jardin ?

Bassin naturel

Un bassin naturel sera composé d’une couche de terre au-dessus de la couche de liner. Cette couche de terre/boue permettra de créer un habitat immergé nécessaire à la vie sauvage. Ici, la forme du bassin ressemble à une assiette creuse. Attention à ne pas mettre trop de pente, ce qui provoquerait une chute de la terre du côté à l’intérieur de « l’assiette ».

Pour créer ce bassin, installer la sous-couche, le liner flexible et finalement la terre (une dizaine de centimètre d’épaisseur). Au fond du bassin, jetez quelques plantes oxygénantes et une plante d’eau profonde qui s’enracineront facilement. Ajoutez ensuite des plantes de bordure dans les abords peu profonds, des pierres, puis finalement des plantes flottantes à la surface.

Ne paniquez pas si votre eau n’est pas limpide et même plutôt brunâtre : c’est normal. Les mouvements incessants des poissons font que la terre située au-dessus du liner va bouger et donc s’éparpiller dans votre eau.

Bassin miroir

Un bassin miroir est entouré d’un dallage et contrairement au bassin naturel, il ne comporte pas de couche de terre/boue au-dessus du liner. Le dallage permet un tracé plus net des bordures du bassin. Il tient son nom du fait que les éléments (végétaux ou architecturaux) aux alentours se reflètent dans cette eau claire.

Bassin formel ou surélevé

Un bassin formel est parfait pour les débutants ! Achetez un bassin préformé (avec liner rigide) et le tour est joué ! Une couche de sable au fond du bassin sera nécessaire. Afin de donner un résultat net, n’oubliez pas d’installer des dalles pour les berges du bassin. Ce bassin ne comporte pas de couche de terre/boue au-dessus du liner.

Bassin informel

Un bassin informel contrairement au bassin formel n’a pas de dalles au niveau des berges du bassin, mais plutôt des rochers ou galets. De plus, un liner flexible vient remplacer le bassin préformé. Ceci lui donne un effet bien plus naturel et sauvage. Ce bassin ne comporte pas de couche de terre/boue au-dessus du liner.

Les différentes plantes

Les plantes oxygénantes

Elles sont indispensables à la création d’oxygène (par photosynthèse) dans votre bassin, molécule essentielle à la vie de la faune. Elles permettent également de limiter la formation d’algues en se nourrissant des nutriments « à leur place » et donc en les affamant. Attention tout de même à leur croissance rapide, ces plantes oxygénantes nécessite une taille régulière.

Hippuris vulgaris (plante oxygénante)

Les plantes d’eau profonde

Nymphaea nouchali (plante d’eau profonde) – Jardins de Jim

Elles sont représentées par les nénuphars, avec leur racine au fond de l’eau et leur feuille à la surface. Elles permettent d’apporter de l’ombre au bassin pendant l’été.

Les plantes flottantes

Les plantes flottantes, au contraire des plantes d’eau profonde, n’ont pas de racines qui se développent au fond de l’eau. Elles limitent la croissance des algues en les privant de lumières et de nutriments, qu’elles utilisent à leur propre fin (ou faim !). Vu leur développement rapide, il sera nécessaire d’en retirer lorsqu’elles deviennent trop envahissantes.

Eichhornia crassipes ou Jacinthe d’eau (plante flottante)

Les plantes de bordure

Elles se développent dans différents sols (marécageux, boueux, etc..). Elles permettent d’agrémenter votre bassin et comporte plusieurs espèces. Ces plantes pourront servir d’habitat pour la faune. Alors faites-vous plaisir !

Primula vialii ou Primevère des marais (plantes de bordure)

Euphorbia palustris ou Euphorbe des marais (plantes de bordure)

Source: Fontaines & bassins de jardin – Peter Robinson

 

Naturel ou informel, miroir ou formel, nous sommes sûrs que vous trouverez bassin à votre pied ! Vous avez besoin d’aide pour la création de votre bassin de jardin? Contactez-nous!

 

Vous souvenez-vous de notre article concernant la création d’un bassin, mais en terrasse/balcon? Cliquez-ici pour consulter cet article!

 

Découvrez notre univers

Découvrez nos services

Découvrez nos réalisations

Voici un thème pour les gourmands ! 😊 Le jardin comestible est un style d’aménagement paysager qui a la côte ! En effet, pourquoi ne pas allier la beauté des végétaux à notre gourmandise ? Un jardin comestible, c’est tout simplement l’intégration de végétaux comestibles dans un jardin d’ornement.

Alors, quels sont ces végétaux comestibles qui apporteront une belle touche à votre jardin d’ornement ?

Plantes vivaces

Il en existe une ribambelle !

Voici quelques vivaces persistantes comestibles :

Thym serpolet

Une vivace persistante pouvant atteindre 60 cm de hauteur. C’est une plante rustique qui fleurit de mai à octobre. Le thym serpolet est souvent utilisé comme couvre-sol. Ses feuilles sont ovales ou lancéolées. C’est une plante rustique qui préférera les expositions du soleil à la mi-ombre. Il existe d’autres variétés de thym : thym cascade, citron, serpolet citron et le thym commun.

Sauge sclarée

C’est une sauge bisannuelle ou vivace qui peut atteindre jusqu’à 1 m de hauteur. Elle fleurit en juin-juillet et possède de grandes feuilles très ornementales. Elle est très rustique et préférera des expositions du soleil à la mi-ombre. Il existe d’autres variétés vivaces : Salvia nemorosa, ‘Purple Majesty’. Des variétés annuelles : Sauge écarlate, farineuse ou éclatante. Et même des variétés arbustives : Sauge à petites feuilles ou Salvia gregii.

La roquette vivace

Et oui, la roquette peut également trouver sa place dans un jardin d’ornement ! Ses feuilles sont allongées, lobées et vert foncé alors que ses fleurs jaunes apparaissent d’avril à novembre. Elle résiste bien à la sécheresse. Néanmoins, elle produira des feuilles moins amères si elle est arrosée et au frais.

Le romarin

Une vivace persistante qui fait tout son effet dans un jardin d’agrément ! Ses fleurs violettes peuvent apparaître dès février dans les régions les plus douces. Cette vivace est rustique et résiste à la sécheresse. Il existe des variétés au port dressé et des variétés retombantes. Plantez-le au soleil ou à la mi-ombre.

La rhubarbe

Une vivace au feuillage caduc, mais qu’est-ce que ses feuilles sont belles ! Elle possède des feuilles en forme de cœur et d’un vert profond. Elle fleurit en mai-juin et ses fleurs sont généralement de couleur blanche. Pour ne pas trop fatiguer la plante et si vous souhaitez en cuisiner, couper la hampe florale dès qu’elle se développe. Vous pouvez cependant en laisser quelques-unes fleurir pour admirer ses belles fleurs. La rhubarbe est rustique et préférera des expositions au soleil/mi-ombre. La rhubarbe demande beaucoup d’eau.

L’oseille des bois

Son feuillage est son atout ! Ses feuilles vertes veinées de pourpre apporteront une belle touche de couleur à vos massifs ! Privilégiez les sols argileux et une exposition soleil/mi-ombre.

Le fenouil

Son apparence originale apportera un petit plus à vos massifs ! C’est une vivace, caduc pouvant atteindre jusqu’à 2 m de hauteur. Elle donne des fleurs jaunes de juillet à octobre. Elle est très rustique, demande peu d’eau et a besoin d’une exposition plein soleil pour donner le meilleur de lui-même. L’essayer, c’est l’adopter !

 

 

 

 

 

 

Il en existe pleins d’autres : origan, menthe, mélisse, estragon, ciboulette et coriandre…. Vous avez le choix ! Régalez-vous !

Article: Jardin comestible

(1) Arbustes et grimpantes

(2) Plantes vivaces

Voici un thème pour les gourmands ! 😊 Le jardin comestible est un style d’aménagement paysager qui a la côte ! En effet, pourquoi ne pas allier la beauté des végétaux à notre gourmandise ? Un jardin comestible, c’est tout simplement l’intégration de végétaux comestibles dans un jardin d’ornement.

Alors, quels sont ces végétaux comestibles qui apporteront une belle touche à votre jardin d’ornement ?

Les arbustes

Myrtillier

On l’apprécie pour ses petites feuilles ovales, son feuillage vert vif et luisant à la belle saison et ses tonalités orangées-rougeâtres en automne. Ses fleurs blanches au printemps donneront naissance à des belles baies bleutées.

Il existe plusieurs espèces de myrtilliers : les espèces à faible développement et les espèces à grand développement.

Les espèces à faible développement regroupent :

  • les myrtilliers européens, trouvés dans la nature en sous-arbrisseaux, d’une hauteur de 30-50 cm, persistant mais moins fructifère que ses petits copains
  • les myrtilliers américains, ont un grand besoin en froid (1000 heures de température en dessous de 7°C pendant le repos hivernal), d’une hauteur de 1m-1m50, caduque

Les espèces à fort développement sont généralement auto-fertiles et ne nécessitent donc pas d’être plantés par deux étant donné qu’ils se pollinisent eux-mêmes. Si vous optez pour une variété qui n’est pas auto-fertile, plantez 2 variétés afin de favoriser la pollinisation. Il est important de noter que certaines espèces ont un grand besoin en froid et d’autres non.

Le myrtillier nécessite un sol très acide (pH 4-5), surtout pas calcaire et se plaira à une exposition mi-ombre. Dans le cas où votre sol n’est pas adapté, n’hésitez pas à le/les planter plutôt en pot ! C’est un arbuste rustique, il ne craint guère le gel !

Framboisier

Le framboisier peut très bien avoir sa place dans un jardin d’ornement grâce à ses feuilles d’un vert lumineux et de ses fleurs blanches du mois de mai au mois d’octobre.

Ces arbrisseaux caducs, buissonnants et drageonnants ont des tiges (ou cannes) qui sont légèrement épineuses. Le framboisier, du fait de son caractère drageonnant, peut-être quelque peu envahissant, mais pas de panique : il vous suffit de supprimer les cannes qui vont trop loin. Cet arbuste peut atteindre jusqu’à 2m de haut. Les framboisiers sont auto-fertiles, il n’est donc pas nécessaire de planter plusieurs variétés.

Et les fruits ? Ils apparaissent en juin-juillet jusqu’à août pour les non-remontants ; les variétés remontantes fructifient en septembre-octobre, puis en juillet de l’année suivante pour les variétés remontantes.

Le framboisier nécessite un sol frais, sans trop de calcaire et préférera des expositions ensoleillées à mi-ombre. Un pied pourra produire des fruits pendant de nombreuses années. C’est un arbuste rustique, il ne craint guère le gel !

Il y a plein d’autres arbustes fruitiers que vous pourriez intégrer dans votre jardin d’ornement : le groseiller, la ronce fruitière, le fraisier des bois, la canneberge, la plaquebière, le cassissier… Un régal en confiture ou en tarte !

Les grimpantes

Le houblon

Cette grimpante qui est connue essentiellement pour entrer dans la fabrication de la bière n’a rien à envier aux autres lianes. Cette grimpante fleurit en grappes chez la femelle et en panicules chez le mâle. Ce sont les fleurs en grappes de la femelle sont utilisées dans la fabrication de la bière. Ses fleurs de couleur jaunes-vertes accompagnées du feuillage vert brillant vous offrira un camaïeu de vert très doux et élégant. Cette plante est caduque.

Le houblon préfère les sols frais et humides, mais s’adapte à tout type de sol. De la même manière que pour le framboisier, le houblon drageonne. Il sera donc nécessaire de supprimer les drageons pour éviter qu’elle devienne envahissante. Le houblon se satisfera d’une exposition mi-ombragée à ensoleillée. Cette plante grimpante est très rustique, pas de problème pour le faire pousser dans nos régions !

En terme culinaire, le houblon peut aromatiser votre risotto, vos pâtes, vos bouillons, vos confitures, mais également servir de levain pour votre pain ! Aux fourneaux !

Le kiwi

Voici une plante grimpante qui a la côte ! Connue pour sa croissance rapide et pour ses fruits délicieux, n’oublions pas tout de même ses fleurs odorantes blanches qui pointent le bout de leur nez en mai-juin et leur feuille vert vif en forme de cœur.

S vous avez la place, plantez un pied mâle pour 1 à plusieurs pieds femelles ; ce sont ces dernières qui portent les fruits. Si vous avez peu de place, choisissez plutôt des cultivars auto fertiles qui vous épargnerons la nécessité de planter plusieurs pieds.

Le kiwi est vigoureux et peut atteindre jusqu’à 10 m ! Laissez-lui donc suffisamment de place !

Le kiwi supporte tout type de sol frais et drainé en hiver. Il préférera des expositions ensoleillées à mi-ombre. Le kiwi est rustique.

 

 

 

 

La vigne

La traditionnelle et néanmoins très belle vigne est également une belle plante grimpante comestible !

Article: Jardins comestibles

(1) Arbustes et grimpantes

(2) Plantes vivaces (en ligne le 22 avril 2021)

Les murs poids

Les murs poids résistent à la pression de la terre par leur propre poids. Ils sont certes plus faciles à réaliser, mais généralement plus onéreux que les murs auto-stables. Ils sont larges à la base et se rétrécissent progressivement au fur et à mesure de leur hauteur.

Blocs de béton creux

Il est vrai que les murs de soutènement en blocs de béton creux peuvent paraître désuets, mais il existe maintenant des blocs de béton creux qui ont des lignes et des styles bien plus contemporains.

L’avantage est qu’ils peuvent être végétalisés et qu’ils sont drainants.

Les gabions

Les gabions ont la côte ! Ils sont faciles à mettre en place et sont également drainants. Ils sont personnalisables à l’infini : mettez les cailloux que vous souhaitez, la taille que vous souhaitez, la couleur que vous souhaitez !

Gabions

L’enrochement

Lors de l’enrochement, nous avons à faire à des énormes rochers qui forment un talus.

Enrochement

Le mur en pierre sèche

Mur en pierres sèches – Jardins de Jim

On ne le présente plus ! Les pierres naturelles sont empilées les unes sur les autres sans joints. C’est un travail de dextérité et de précision, qui donne un effet très naturel et authentique. Suivant la hauteur du mur et les besoins il est possible de maçonner les pierres par l’arrière de manière invisible, ce qui confère au mur une bonne stabilité.

La maçonnerie de pierre jointoyée

Cette maçonnerie utilise également des pierres naturelles, mais les pierres sont maintenues les unes aux autres grâce au béton ; d’où le terme pierre jointoyée.

Pierre jointoillée

La maçonnerie de pierre préfabriquée

Dans ces cas-là, les pierres ont été préfabriquées avant de constituer un mur de soutènement. Ces murs sont généralement plus réguliers et ont un aspect moins naturel.

Les murs en bois

Ils ont un côté esthétique très intéressant mais le bois n’aura pas la même longévité que du minéral ou du béton. C’est un matériau qui pourrira tôt ou tard, toutefois s’il est posé dans les règles de l’art avec un fond drainant il pourra faire son effet durant de longues années.

Mur soutènement en bois – Jardins de Jim

 

Article: Les murs de soutènement

(1) Murs auto-stables 

(2) Murs poids

Notre région et vos jardins ont souvent des pentes. Ces pentes sont de sacrés défis, mais également de belles opportunités pour construire un mur de soutènement qui permettra de garder la terre là où elle doit être, mais qui aura aussi l’avantage d’être esthétique.

Avant tout, il est important de comprendre que les murs de soutènement ne se construisent pas n’importe où. La nature du sol ou la présence de tuyaux ou câbles par exemple est à prendre en considération. N’hésitez pas à contacter un professionnel pour vous assurer de la faisabilité de votre projet.

Il existe 2 types de mur de soutènement : les murs autos-stables et les murs poids.

Les murs auto-stables

Les murs auto-stables sont construits en béton armé ou en parpaings (ou bloc de ciment) et ont une forme de T inversé ou de L. La partie inférieure est sous la terre, ce qui permet à la terre de s’appuyer sur cette partie et donc de rendre la structure stable. La mise en place d’un système de drainage est indispensable si vous ne voulez pas voir votre mur se briser sous la pression de l’eau.

Les murs en L sont généralement conçus pour soutenir des hauteurs jusqu’à 2.50m.

Mur autostable

Les murs préfabriqués ont volé la vedette aux murs bétons coulés.

Voici quelques fournisseurs de murs préfabriqués dans notre région : Créabéton, Cornaz Allaman.

Il est préférable de laisser un professionnel s’occuper de la construction d’un mur de soutènement. N’hésitez pas à nous contacter pour que nous définissions ensemble quel est le meilleur mur adapté à votre extérieur !

Article: Les murs de soutènement

(1) Murs auto-stables 

(2) Murs poids

(4) Investir dans un récupérateur d’eau de pluie

L’eau est un élément essentiel pour vos plantes afin qu’elles puissent se développer correctement. Au lieu d’utiliser de l’eau du robinet pour arroser vos plantes, pourquoi ne pas opter pour de l’eau de pluie ? C’est une ressource gratuite, qui permet d’économiser les ressources naturelles et si précieuses. De plus, l’eau de pluie est meilleure pour les plantes que l’eau du robinet. En effet, l’eau de pluie est moins dure, c’est-à-dire moins calcaire et ne contient pas de chlore.

Il est donc très intéressant d’investir dans un récupérateur d’eau de pluie qui vous permettra d’apporter à vos plantes de l’eau de qualité et gratuite !

Quel volume pour ma cuve ?

Vous pouvez demander à des professionnels de vous indiquer le volume nécessaire pour votre cuve.

Pour définir ce volume, il est préalablement nécessaire de connaitre la pluviométrie de votre région, la forme de votre toiture, la surface de votre toiture, la surface totale extérieure que vous souhaitez arroser, et le type d’arrosage (massif, gazon, potager).

Mais en règle générale, prévoyez un volume de 150-500 litres pour un jardin de moins de 50m2. Pour les jardins qui dépassent 100m2, prévoyez un volume de 500-1000 litres.

Réservoir de pluie hors-sol

Le réservoir de pluie se place sous une gouttière dans une zone ombragée, ce qui permettra de limiter l’évaporation de l’eau et la formation d’algues. Pour les mêmes raisons, il est préférable que le réservoir soit doté d’un couvercle.  Les réservoirs de pluie peuvent généralement accueillir un volume d’eau allant de 200 à 1000 litres, ce qui sera suffisant pour un jardin de taille moyenne. Il est important que le réservoir soit facile d’accès et très pratique qu’il soit doté d’un robinet afin de remplir votre arrosoir ou votre seau.

Pour éviter les débordements, les cuves sont généralement pourvues de clapet. S’il y en n’a pas, prévoyez d’en installer un afin que l’excédent d’eau soit dirigé vers le réseau normal.

Les cuves hors-sols sont sensibles au gel. Il est donc nécessaire de les vider en hiver ou alors de les rentrer à l’intérieur.

(5) Déplacer vos arbres et arbustes

Vous avez planté un arbre fruitier ou d’ornement dans votre jardin, mais après réflexion, vous vous rendez compte qu’il n’a pas forcément été planté au bon endroit (ensoleillement, esthétique) ou vous souhaitez le déplacer car vous souhaitez installer autre chose à sa place, ou encore vous déménagez et souhaitez emporter votre arbre avec vous. Pour faire court, vous souhaitez le transplanter.

Trou de transplantation

Quand le transplanter ?

Transplantez votre arbre quand il est en dormance et que l’état du terrain est bon. Ceci signifie qu’il faut éviter les périodes de gel ainsi que les périodes suivant de fortes pluies. Ainsi, transplantez votre arbre à feuilles caduques de novembre à mi-mars. Les arbres à feuilles persistantes se transplantent généralement en octobre ou fin mars.

Est-ce que c’est mieux de transplanter un jeune arbre ?

Un jeune arbre rend effectivement le processus de transplantation plus facile grâce à sa motte maniable et à son développement rapide. Mais tout comme les arbres adultes, ils subissent un choc lors de la transplantation. Ainsi, apportez une attention particulière aux soins post-transplantation qui permettront à l’arbre – jeune ou adulte – de se rétablir.

Etape 1 : La taille des racines

Pour les arbres adultes, il faudra s’y prendre à l’avance. En effet, il sera nécessaire de tailler les racines plusieurs mois à l’avance. Ceci permettra à l’arbre de développer de nouvelles racines qui seront plus proches de la base du tronc. Si vous souhaitez transplanter votre arbre en automne, taillez les racines le printemps précédent. Pour transplanter votre arbre adulte en mars, taillez les racines l’automne précédent la taille.

  1. Bien arroser l’arbre le jour précédent la taille des racines pour que la terre reste bien au contact des racines.
  2. Calculer le rayon idéal de la motte. Une règle rapide est que le rayon de la motte est de 6cm/cm d’épaisseur du tronc. Exemple : Si le tronc a une épaisseur de 5 cm, taillez les racines pour avoir une motte de 30 cm de rayon (60 cm de diamètre).
  3. Creuser une tranchée qui correspond au rayon de la motte calculé précédemment à 60 cm de profondeur et 30 cm de largeur au moins. Bien s’assurer que les racines existantes qui dépassent le rayon sont taillées.
  4. Remplir la tranchée avec la terre.

Etape 2 : La transplantation

  1. Assurez-vous que votre arbre est en bonne santé avant de le déplacer, car si tel n’est pas le cas : il ne survivra pas à sa transplantation. Nous vous conseillons donc d’attendre qu’il aille mieux avant de le transplanter.
  2. Choisir son nouvel emplacement intelligemment. Informez-vous sur ses besoins en termes d’ensoleillement, d’arrosage, du type de sol.
  3. Arroser l’arbre le jour précédent sa transplantation. Ceci permettra une meilleure cohésion de la motte.
  4. Creuser un trou 3 fois plus large que la motte. Par contre, le trou doit avoir la même profondeur que la motte. Bien arroser le trou.
  5. Sortez doucement l’arbre de son trou en respectant la règle du rayon de la motte décrite ci-dessus.
  6. Mettre l’arbre dans le trou du nouvel emplacement et le remplir de terre.
  7. Bien arroser et y mettre du mulch. Qu’est-ce que le mulch ? Venez jeter un coup d’œil à notre article qui traite de ce sujet !

Etape 3 : Post-transplantation

  1. Arroser régulièrement surtout pendant les périodes de grande sécheresse.
  2. Eviter l’engrais pendant au moins 1 an. L’arbre doit se concentrer sur le développement de ses racines avant tout !

Article: Les 5 choses à faire dans son jardin en mars:

(1) Etablir un contrat d’entretien annuel avec votre paysagiste

(2) Taille des grimpantes

(3) Tailles des arbustes

(4) Investir dans un récupérateur d’eau de pluie

(5) Déplacer vos arbres et arbustes

Les brise-vents naturels prennent du temps à se développer et donc à protéger vos plantes et vous-même du vent. C’est pourquoi il est intéressant d’avoir une solution qui atténue le vent en attendant que les arbres, arbustes et haies atteignent une taille raisonnable. Les brise-vents artificiels sont la solution ! L’avantage du brise-vent artificiel est également qu’il prend moins de place et qu’il ne demande pas d’arrosage comparé au brise-vent naturel. N’oubliez cependant pas que votre brise-vent doit être semi-perméable, donc ajouré et surtout pas plein ! Les brise-vents artificiels peuvent également être associés à des plantes.

Le choix est vaste ! A vous de choisir l’esthétique qui convient le plus au style de votre jardin :

Les clôtures naturelles

La brande de Bruyère est un matériau naturel, dense, mais perméable, ce qui en fait un parfait brise-vent. Optez pour cette option si votre jardin a un style naturel, champêtre. Fixez fermement les poteaux au sol ou à un muret et tendez des fils métalliques entre chaque poteau. Ensuite, attachez fermement la brande de bruyère aux fils métalliques.

Brande de Bruyère.

Osier tressé – Clôture naturelle.

Il existe d’autres clôtures en matière naturelle, notamment tressée comme l’osier ou le noisetier.  Choisissez des modèles aérés pour assurer une bonne semi-perméabilité au vent.

 

 

 

 

Les canisses

Les canisses existent en différentes manières – naturelles ou pas – : roseau, bambou, fougère, osier, PVC ou matière composite, vous n’aurez que l’embarras du choix ! Pour la plupart, les panneaux se fixent de la même manière que la brande de Bruyère. Choisissez des modèles aérés pour assurer une bonne semi-perméabilité au vent. Certaines matières sont plus solides que d’autres, donc faites bien attention à la résistance au vent également !

Canisse en bambou.

Canisse en roseau.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les clôtures en bois

Il existe une multitude de clôture en bois sur le marché. N’oubliez pas de le choisir ajourés si le but est de diminuer le vent !

Panneau bois brise-vent. – Jardins de Jim

Clôture en bois verticale.

 

Les toiles en polyéthylène

Toile en polyéthylène

Les toiles en polyéthylène ne sont pas naturelles, mais offrent quelques avantages comme la facilité d’installation. Attachez-les à un grillage, une structure en bois ou à des fils métalliques.

Treillis

Il est également possible d’installer un treillis et d’y faire courir une grimpante. Ainsi, vous allierez l’utile à l’agréable !

Treillis à marier avec de belles plantes grimpantes.

Article: Les solutions pour être à l’abri du vent dans mon jardin/balcon.

(1) Brise-vents naturel

(2) Brise-vents artificiel

Vous êtes tranquillement sur votre terrasse de jardin en train de lire un livre quand soudain, le vent se lève ! Horreur : tout vole ! Les chaises de jardin, le magazine posé sur votre table basse extérieur et même votre pot de fleur a failli tomber ! Une quiétude qui s’envole aussi vite que votre magazine !

Ce vent n’est pas embêtant que pour vous, il l’est aussi pour vos plantes : un jardin exposé aux rafales de vent, c’est synonyme de plantes déshydratées et de sols secs ; ce qui réduit considérablement le développement de vos plantes.

Vu les dégâts que le vent peut causer à votre jardin, il sera très certainement nécessaire de créer un brise-vent.

Laissez passer de l’air !

Avant tout, il est important de comprendre que faire installer un grand mur plein en bordure de votre terrain n’aidera pas à réduire le vent, bien au contraire ! En effet, le vent contournera votre obstacle pour réapparaître à une distance équivalente à deux fois la hauteur de votre mur. Votre problème de vent dans votre jardin ne sera donc pas résolu.

Optez donc plutôt pour des brise-vents semi-perméables qui réduiront le vent sur une distance équivalente à 10 fois la hauteur du brise-vent. Il est important de noter également que la longueur du brise-vent doit être plus longue que la zone exposée au vent.

 

Brise-vents naturels

Haie, arbres ou arbustes constitueront de très bons brise-vents naturels.

Si vous choisissez des plantes à feuillage persistant, l’avantage est qu’elles se développent généralement plus rapidement et qu’elles vous permettront d’être à l’abri du vent et des regards tout au long de l’année. Soyez tout de même attentifs au fait que ces plantes peuvent devenir très denses, ce qui réduirait leur semi-perméabilité et donc leur effet brise-vent. Il serait donc plus judicieux de choisir un mélange de plantes persistantes et caduques ; ou alors de mélanger plusieurs sortes de plantes persistantes (denses et moins denses) afin d’améliorer la semi-perméabilité, mais également afin de laisser passer la lumière.

En ce qui concerne l’agencement, votre haie se plantera généralement sur une seule ligne, surtout si vous n’avez pas trop de place.

En revanche, si vous avez de la place et décidez de planter des arbres et arbustes sur plusieurs lignes, voici quelques conseils :

  • Un brise-vent est constitué de 3 à 8 lignées de plantes généralement
  • Alternez lignée de conifères (persistants) et d’arbres caduques
  • Les conifères (persistants) sont généralement placés du côté où arrive le vent, alors que les arbres caduques sont généralement placés au centre. Ainsi, le vent est déjà considérablement diminué avant d’arriver sur les autres lignées de plantes.
  • Une lignée d’arbustes est généralement placée côté jardin ; ceci permettra également d’être protégé du vent au niveau du tronc des arbres qui ne protège pas du vent. Cette lignée permettra également à la faune locale de venir s’y établir.
  • Planter vos arbres/arbustes en quinconce afin d’avoir une diminution du vent sur toute la longueur

Les plantes brise-vent

Eleagnus – Brise vent naturel.

L’eleagnus, le troène, le cyprès, l’if, le houx pour les persistants.

Ensuite alternez avec des plantes caduques qui apporteront de jolies floraisons et de la nourriture pour la faune durant la belle saison. Le seringat, le groseiller à fleurs, l’érable champêtre, et bien plus encore ! Laissez libre court à vos envies et votre imagination !

Groseiller à fleurs – plante caduque.

 

Article: Les solutions pour être à l’abri du vent dans mon jardin/balcon.

(1) Brise-vents naturel

(2) Brise-vents artificiel (mise en ligne le 19 février 2021)

(4) TAILLE DES GRIMPANTES

A tailler en février: chèvrefeuille et glycine!

La glycine

Glycine

La Glycine : une plante grimpante qui pousse à profusion durant la belle saison !

Vous l’avez sûrement raccourcie plusieurs fois dans l’année, mais maintenant c’est le moment de lui appliquer la taille de rabattage.

  • Commencez par repérer les branches principales que vous allez conserver pour la structure et mais également pour lui permettre de continuer à coloniser son support.
  • Après avoir enlevé le bois sec et les feuilles sèches qui peuvent rester vous y verrez plus clair.
  • Taillez toutes les branches en ne gardant qu’un ou deux bourgeons.
  • Cela paraît court mais la Glycine le supporte bien et en a besoin !

(5) TAILLE DES ARBUSTES

A tailler en février: Arbre à perruques (Cotinus coggygria) et le Desmodium ou Lespedeza

Arbre à Perruques (Cotinus coggygria)

Cotinus_coggygria

Il s’agit d’un arbuste à fort développement, en une saison il peut faire des branches de plus d’un mètre. Il supporte très bien le rabattage, c’est même important de le rabattre une fois tous les deux à trois ans afin qu’il conserve un port compact et dense.

Les autres années, contentez vous de supprimer les branches sèches et malades.

(5) TAILLE DES ARBRES FRUITIERS

A tailler en février: Pommier et poirier

À la fin du mois de février, vous pouvez commencer à tailler vos fruitiers à pépins. Il faut que les périodes de fortes gelées soient passées pour éviter que l’arbre ne souffre du gel après avoir été taillé. De plus, les bourgeons seront plus développés donc il sera plus facile de repérer les bourgeons qui donneront des fleurs !

  • Supprimez les branches qui se croisent et se gênent en favorisant les plus solides et qui se dirigent vers l’extérieur de l’arbre.
  • Coupez toujours au-dessus d’un bourgeon à angle droit, ce qui réduira la surface de cicatrisation.
  • Il faut que votre sécateur soit bien aiguisé pour ne pas pincer les branches et réduire les chances d’apparition de maladies !

La taille des fruitiers est assez simple quand on connait les bases. Toutefois il vaut mieux éviter de s’aventurer à l’aveugle dans ce type de taille sans quelques bases techniques.

N’hésitez pas nous consulter pour prendre une ou deux heures de conseils de taille sur vos propres arbres pour ensuite être pleinement autonome lors des prochaines cessions de taille !

 

Article: Les 5 choses à faire dans son jardin en février:

(1) Rabattre les graminées

(2) Planter des bulbes de Lys

(3) Faire appel à un professionnel pour la maçonnerie paysagère

(4) Taille des grimpantes (chèvrefeuille et glycine)

(5) Tailles des arbustes et arbres fruitiers (Cotinus coggygria, Desmodium, pommier, poirier)

(3) FAIRE APPEL A UN PROFESSIONNEL POUR LA MACONNERIE PAYSAGERE

La maçonnerie paysagère est un travail parfait à faire durant cette saison !

Elle vous permettra de rendre votre jardin plus fonctionnel, de réaliser un jardin avec moins d’entretien et d’en profiter un maximum durant la saison estivale !

Mais qu’est-ce que la maçonnerie paysagère au juste ?

« La maçonnerie paysagère est l’ensemble des travaux que le maçon réalise en extérieur, c’est à dire sur l’aménagement extérieur de la maison que ce soit le jardin ou les différents éléments extérieurs de la maison. Afin de pouvoir être prestataire qualifié pour les différents travaux de maçonnerie paysagère, le maçon se doit de maîtriser deux compétences principales qui sont la maçonnerie et l’aménagement des espaces verts. » (source)

Ainsi, la maçonnerie paysagère englobe non seulement les gros œuvres, mais également les travaux nécessaires à l’embellissement des espaces extérieurs. Ces travaux sont tout à fait réalisables en hiver, nous vous en parlions il y a quelques semaines. Allez jeter un coup d’œil aux avantages et inconvénients d’effectuer ses travaux en hiver!

Jardins de Jim possède tous les permis de machines nécessaires et l’expertise pour effectuer vos travaux de maçonnerie paysagère qui englobent :

Terrassements et transformations de terrains nécessitant parfois des engins comme le tractopelle ou la mini pelle.

Terrassement à la mini pelle. – Jardins de Jim

Les murs extérieurs

Les murs extérieurs vous serviront à délimiter votre terrain (mur de clôture), à être décoratifs (murets), ou à contenir et à résister aux très fortes pressions d’un terrain (mur de soutènement). Il est même possible d’avoir toutes ces fonctions en un seul et même mur !

Construction d’un mur en parpaing.

Les murs extérieurs comme les murs d’enceinte en parpaings qui seront ensuite crépis et recouverts de couvertines sont intéressants. Nous pouvons également vous réaliser des murs en éléments préfabriqués emboitables.

 

 

 

 

 

 

Mur en pierres sèches.

Les murs de soutènement en pierre naturelle du type enrochement ou murets en pierres sèches font également partie de nos spécialités. Leur aspect naturel est du plus bel effet et leur permet de s’intégrer naturellement à votre jardin.

Les terrasses

Il existe une multitude de finitions et matériaux pour votre terrasse : le béton, les dalles béton, le bois local ou exotique, le bois composite, le grès cérame, ou la pierre naturelle.

Terrasse en bois exotique. – Jardins de Jim

Terrasse en grès cérame. – Jardins de Jim

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous arriverons toujours à trouver le meilleur revêtement pour votre terrasse, en fonction de l’esthétique recherché et de votre budget !

Il en va de même pour les cours, places de parking et autre surfaces autour de votre maison.

Les allées de circulation

Passe-pieds. – Jardins de Jim

Les allées de circulation vous permettent de rendre votre jardin plus fonctionnel en créant un chemin entre la terrasse et le garage ou le potager par exemple. Les allées de circulations se font en dalles, pavés ou béton désactivé. Elle peuvent aussi se faire en gravier, en copeaux décoratifs, et même bordées de voliges en acier ou en aluminium.

Volige en acier Corten. – Jardins de Jim

Nous avons une multitude de solutions techniques et esthétiques pour tous les éléments de votre jardin tels les escaliers, les bordures, les bassins, les fontaines, les pergolas, les brises vues, les clôtures, et les éclairages.

Escalier. – Jardins de Jim

Bassin et éclairage. – Jardins de Jim

 

 

 

 

 

 

 

Confiez nous l’intégralité de la conception de votre jardin ! Vous aurez la tranquillité de n’avoir affaire qu’à un seul professionnel. Avec plus de 20 ans d’expérience du paysage, nous sommes à même de réaliser l’écrin de verdure de vos rêves ! Nous réalisons également de la menuiserie sur mesure si vous ne trouvez pas la banquette ou le bac adapté aux dimensions de votre balcon-terrasse ! Nous sommes un peu moins occupés avant le printemps et ces travaux sont tout à fait réalisables durant l’hiver. N’hésitez pas à nous contacter pour tout travaux de maçonnerie paysagère !

Article: Les 5 choses à faire dans son jardin en février:

(1) Rabattre les graminées

(2) Planter des bulbes de Lys

(3) Faire appel à un professionnel pour la maçonnerie paysagère

(4) Taille des grimpantes (chèvrefeuille et glycine)

(5) Tailles des arbustes et arbres fruitiers (Cotinus coggygria, Desmodium, pommier, poirier)