Cette année c’est décidé, je plante des arbres dans mon jardin. Cette chaleur, je n’en peux plus.

 

Je souhaite pouvoir rentrer et profiter de mon extérieur et plus sous un parasol étouffant mais sous l’ombre d’un arbre.

 

Il me faut simplement choisir, la variété, la taille, le nombre et si je prends des arbres fruitiers ou si je fais un mélange ?

 

J’avoue que je n’y connais pas grand-chose, hormis que certains arbres poussent très rapidement et demandent beaucoup d’entretien.

Comme par exemple :

–       Le tilleul

–       Le bouleau

–       L’érable

Ombre sous un tilleul

 

Ce que j’imagine ce sont des arbres de taille moyenne qui poussent en largeur, un ou deux qui donnent des fruits, comme par exemple un pommier ou cerisier. J’aimerais surtout quelque chose d’harmonieux et de ressourçant.

Il est temps de me faire conseiller.

 

Cerisier en fleurs

 

J’appelle mon paysagiste, Jim, pour être aiguillé.

 

Il m’explique que :

–       Le terrain et l’exposition vont donner une première indication à ce qui peut être planté ou non.

–       Mon budget sera également déterminant, le coût peut varier considérablement d’une espèce à l’autre.

–       Et combien de temps suis-je prêt à leurs consacrer, en fonction du besoin d’entretien. (Par exemple, ramasser les fruits, tailler les branches, inspections régulières d’éventuelles maladies, etc..)

 

La bonne nouvelle, je peux déléguer l’entretien à mon paysagiste.

 

De plus, j’apprends que l’automne est la meilleure période pour les plantations car les racines ont tout l’hiver pour commencer à s’installer. Ce qui permet un arrosage moins important la saisons suivante.

 

Après avoir répondu à toutes ces questions, j’avais beaucoup de mal à imaginer le rendu. C’est ainsi que j’ai fait appel à leur dessinatrice, pour avoir une image claire de ce qui m’attend pour la saison prochaine !

 

Je peux vous le dire, ça va être grandiose.

 

Alors, si vous aussi vous n’en pouvez plus de ces grandes chaleurs et que vous avez besoin de ramener du frais à la maison : plantez des arbres !


Vous souhaitez confier vos travaux d’entretien à un professionnel qualifié? N’hésitez pas à nous contacter pour un devis gratuit et sans engagement: Contactez-nous!

Découvrez notre univers

Découvrez nos services

Découvrez nos réalisations

Faire un jardin ou un balcon en n’utilisant que des pots, bacs ou jardinières est très pratique pour certaines situations:

  • votre terre n’est pas adéquate pour y planter certaines plantes
  • vous louez une maison ou un appartement avec jardin
  • vous avez un balcon et il est de toute évidence impossible de planter en pleine terre

Vous pouvez presque tout planter en pots: des arbustes, des arbres fruitiers, des aromatiques, fruits ou légumes… Cela laisse la place à énormément de possibilités!

Les plantes qui sont préférables de mettre en pot

Plantes invasives

Pourquoi ne pas planter des plantes qui vous ont toujours plu, mais qui sont invasives et donc à éviter de mettre dans un jardin? Ca peut être de la menthe, de l’origan, de la mélisse officinale (qui sent si bon!) ou le raifort. Les bambous traçants  avec leurs rhizomes qui peuvent se retrouver partout dans le jardin sont préférables à planter en pot (attention à les mettre dans un pot suffisamment grand!).

Arbres fruitiers

Vous pouvez également planter des arbres fruitiers frileux qui seront hivernés durant l’hiver, comme le citronnier par exemple.

Où les placer?

Les pots permettent d’ajouter un point focal dans votre jardin, entrée ou balcon. Vous pouvez les placer sur un tabouret pour un effet dramatique, les suspendre pour un effet champêtre, les mettre le long d’une allée, le rebord d’une fenêtre ou sur un escalier pour un côté plus classique. Ils peuvent également être mis au sol en groupes (petits et grands) ou en isolé.

Combien de plantes à l’intérieur des pots?

Ceci dépend de l’effet souhaité et du style que vous souhaitez donner à votre extérieur.

Vous pouvez ne mettre qu’une seule plante à l’intérieur du pot comme un palmier, un buis, un chèvrefeuille, un conifère nain, une grande graminée ou même un petit arbre pour un effet minimaliste et simple.

Vous pouvez également choisir de faire un arrangement pour un effet plus exubérant et coloré. Pour l’arrangement, les règles de base conseillent d’utiliser un mélange:

  1. Une plante vedette – Ce sont des plantes qui attirent l’attention grâce à leur feuillage, la couleur vive de leurs fleurs ou leur forme. En général, ce sont les plantes les plus hautes et elles permettent d’avoir un point focal. N’oubliez pas que votre pot sera généralement vu d’un seul côté, plantez donc cette plante vedette à l’arrière. Si le pot sera vu de tous les côtés, plantez votre plante vedette au centre. Exemples: Cordyline, Cyprès nain, Dahlia, graminées, etc…
  2. Des plantes retombantes – Ces plantes retombent sur les côtés du pot, comme leur nom l’indique. Exemples: Bacopa, Ipomoea, etc….
  3. Des plantes de remplissage – Elles se placent autour de la plante vedette, ce qui permet de remplir le pot en question. Elles ont généralement une hauteur moyenne et complimentent/contrastent la plante vedette.  Placez-les autour de la plante vedette si le pot sera vu de tous les côtés. Placez-les jusqu’au milieu de pot si le pot sera vu d’un seul côté. Exemples: Ophiopogon, Coléus, géranium, etc…

Taille des pots

Les plantes dans les petits pots ont plus de chance de sécher, particulièrement durant les chaudes journées d’été lors desquelles il sera nécessaire d’arroser très régulièrement. Les plantes dans des plus grands pots dessécheront moins vite grâce au fait que leur plus grande quantité de terre retient plus l’humidité et résiste plus facilement aux fluctuations de température.

Choisissez des pots suffisamment grands pour que les racines des plantes aient la place de se développer. Ceci est important pour les plantes qui ont des racines qui prennent de la place.

N’oubliez pas également que la taille (et donc le poids) de votre pot pèsera lourd si vous choisissez des grands pots. Qui dit grand pot, dit beaucoup de terre! Il est donc important de penser au poids de ceux-ci lorsque vous vivez dans un balcon ou une terrasse. En effet, il sera important de vérifier le poids total autorisé sur votre balcon ou terrasse avant de le remplir de grands pots. Dans la même idée, si vous souhaitez déplacer les pots de votre jardin pour hiverner vos plantes par exemple, il faudra bien penser à la taille de votre pot et à son emplacement. Votre dos vous remerciera!

Drainage

Pour éviter de noyer vos racines dans l’eau, ce qui peut être fatal pour vos plantes, assurez-vous que vos pots ont un bon drainage. Vous pouvez percer le fond de vos pots et utiliser des billes de drainage par exemple.

Matériaux

  • Les pots en terre cuite, en céramique ou même en porcelaine ont une belle esthétique, mais sont susceptibles de s’éclater suite aux gelées. L’eau contenue dans le pot gèle en dessous des 0 degrés, ce qui le fait éclater car ils sont peu résistants.
  • Les pots en béton sont très résistants, mais pèsent extrêmement lourds.
  • Les pots en plastique et en fibre de verre sont légers, résistants, simples à nettoyer, résistants aux éléments climatiques et proposés dans de nombreuses formes et couleurs. Certaines imitations (terre cuite par exemple) sont impressionnantes. Ils sont moins onéreux que les bacs en terre cuite ou en acier par exemple et offrent donc un bon rapport qualité-prix.
  • Les pots en bois donnent de la chaleur et du naturel à votre potée de plantes et peuvent être construits sur mesure par vous-même! Choisissez un bois naturellement résistant à la pourriture ou du pin traité.
  • Les bacs en métal sont légers et donnent un look contemporain à votre extérieur. Attention tout de même au fait que ce matériau conduit la chaleur et donc les plantes qu’il contient peuvent subir des grandes fluctuations de température.

N’oubliez pas que vous pouvez également choisir de la « récup' » comme contenant! Un tronc délaissé, un panier, une chaussure: tout est possible!

 


Vous souhaitez confier vos travaux de plantations en pots ou jardinières à des professionnels? N’hésitez pas à nous contacter pour un devis gratuit et sans engagement: Contactez-nous!

Découvrez notre univers

Découvrez nos services

Découvrez nos réalisations

Le paillis ou le mulch est un précieux allié! Comme expliqué dans un précédent article, le paillis/mulch permet d’espacer les arrosages, de limiter la pousse des mauvaises herbes, de protéger le sol de l’érosion et des gelées hivernales. Nous vous parlons dans cet article de quelques points importants lorsque vous appliquer du mulch ou paillis à vos massifs ou au pied de vos arbres/arbustes. Ainsi, vous pourrez mulcher comme un professionnel!

Mulch végétal ou minéral?

Coques de cacao

Le mulch végétal comprend les écorces de pin ou de mélèze, les coques de cacao, la laine de bois, la paille de céréale/lin ou chanvre ou bien tout simplement les tontes de gazon et les feuilles mortes. Ce mulch va se décomposer et améliorer votre sol. Le mélanger à votre sol ne l’endommagera pas, bien au contraire. Ce type de mulch se renouvelle régulièrement.

Le mulch minéral est différent car il s’applique généralement sur un film géotextile et qu’il peut durer toute une vie, pas besoin de le renouveler. Par contre, si vous souhaitez souvent planter des annuelles par exemple à cet endroit, la tâche peut s’avérer être ardue étant donné que mélanger des graviers à votre sol ne l’améliorera pas, bien au contraire!

Lequel choisir?

Vous pouvez vous sentir submergé par l’éventail de choix disponible! Les coques de cacao sentent bon le chocolat, mais ne sont pas très locales et particulièrement onéreuses en plus d’être toxiques pour les chiens. Les copeaux de bois sont bons marché, mais n’améliorent pas le sol autant que d’autres mulch. Le compost est un bon mulch qui améliorera votre sol, mais attention aux mauvaises herbes. En effet, si vous mulchez avec votre compost, il faudra que votre compost ait assez chauffé pendant sa décomposition pour que les graines des mauvaises herbes ne pas sèment pas dans tous vos massifs! Les feuilles mortes sont de très bon mulch après les avoir déchiquetées (avec votre tondeuse à gazon par exemple).

Paille

Petits conseils

  • Calculer la surface à couvrir et multiplier par l’épaisseur désirée pour obtenir le volume de mulch nécessaire à votre paillage.
  • Mettez au maximum 8cm de hauteur de mulch au sol. Plus serait gâcher à notre avis.
  • Vous pouvez mulcher à tout moment! Appliquer du mulch est vraiment bénéfique à n’importe quelle saison de l’année.
  • Mulcher autour des arbres et arbustes vous permettra d’éviter les accidents qui surviennent avec les tondeuses.

Vous souhaitez confier vos travaux de jardin à des professionnels? N’hésitez pas à nous contacter pour un devis gratuit et sans engagement: Contactez-nous!

Découvrez notre univers

Découvrez nos services

Découvrez nos réalisations

Ne laissez pas toute cette précieuse eau de pluie tomber sans en récupérer un peu. Un récupérateur d’eau de pluie permet de profiter des averses pour arroser vos massifs ou potées. Vous économiserez ainsi de l’eau potable, ce qui est sans aucun doute un geste facile à faire pour notre planète. Construire un récupérateur d’eau de pluie est donc un geste économique et écologique! Nous vous parlions des récupérateurs d’eau de pluie dans cet article, n’hésitez pas à le consulter!

Emplacement du récupérateur d’eau

Choisissez un endroit qui ne se trouve pas trop loin de vos massifs, de votre potager ou de vos potées, à proximité d’une gouttière. L’idéal sera un endroit à l’abri (contre un mur) et à l’ombre.

Type de récupérateur d’eau

Un fût de 200L en plastique avec un couvercle représente déjà une bonne capacité et vous permettra d’arroser votre potager, massif ou haies. Vous pouvez aussi en installer plusieurs côte à côte si vous avez de grandes surfaces à arroser.

Etapes

Préparer le sol

Niveler le sol est une étape importante qui permet d’avoir un sol bien plat pour accueillir les blocs de béton. N’hésitez pas à utiliser un niveau à bulles. Tassez bien la terre avant d’installer les blocs de béton.

Installer les blocs de béton

Installer les bloc de béton pour avoir une bonne base. Mettez-en assez pour avoir une surface suffisante pour accueillir le récupérateur d’eau. Laissez un petit espace d’une dizaine de centimètres par rapport au mur de la maison. N’hésitez pas à faire plus d’un étage. En effet, plus votre récupérateur d’eau aura de la hauteur, plus la pression d’eau sera élevée. Vérifiez à nouveau le niveau pour vous assurer que tout est bien plat.

Bloc de béton

Installer le robinet de puisage

Percez votre fût en bas afin d’installer le robinet de puisage.

Robinet d’un récupérateur d’eau de pluie

Installer le collecteur de pluie et le tuyau

Ils sont généralement vendus ensemble. Le collecteur de pluie peut être doté d’un système de trop plein qui permettra à l’eau de retourner dans la gouttière si le récupérateur d’eau est rempli. Une option filtrante peut également être intéressante.

Percez la gouttière à l’endroit où vous souhaitez installer le dispositif sur la gouttière et sur le récupérateur d’eau. Afin que l’eau s’écoule et que la gravité fasse son travail, le trou de la gouttière doit se situer plus haut que le trou du récupérateur d’eau.

Connectez le dispositif à la gouttière et au récupérateur d’eau.

Petits conseils

Vous pouvez tout à fait embellir votre inesthétique récupérateur d’eau en le dissimulant avec des plantes (comme vous le feriez pour un bac à compost par exemple) ou en habillant les blocs de béton avec du bois par exemple.


Vous souhaitez confier vos travaux de jardin à des professionnels? N’hésitez pas à nous contacter pour un devis gratuit et sans engagement: Contactez-nous!

Découvrez notre univers

Découvrez nos services

Découvrez nos réalisations

Vous souhaitez être à l’abri des regards indiscrets, clôturer votre propriété pour en empêcher l’accès ou alors créer un brise-vent ? Alors la construction d’une clôture est la solution idéale pour vous! Il existe autant de matériaux de clôture qu’il existe de matériaux. Ainsi vous aurez le choix entre des clôtures en PVC, en acier, en alu, en béton, en fer forgé, en bois, en pierre ou alors tout simplement naturelle. N’hésitez pas à consulter nos articles concernant les brise-vents artificiels et brise-vents naturels.

La clôture en bois reste une des favorites grâce à la chaleur qu’elle apporte, son côté naturel et son charme indéniable. Nous allons vous expliquer maintenant comment construire une clôture en bois à lames verticales.

Réglementation

Avant toute chose (et pour la paix entre voisins), vérifiez la réglementation en terme de clôture. En général, il y a des règles concernant la hauteur de votre clôture, la distance de votre clôture par rapport à la limite de propriété avec le voisin ou la distance de votre clôture par rapport à la route. Parfois, il y a également des règles par rapport au matériau utilisé ou même par rapport au sens des lames de clôture (verticales ou horizontales par exemple). En général, les clôtures ne dépassant pas 1.20m de hauteur ne sont pas assujetties à autorisation.

Les essences de bois pour clôture

Il existe plusieurs essences de bois pour construire votre clôture:

Bois tendre

Le bois tendre comprend des bois comme le pin, le sapin ou le mélèze principalement. Il est préférable que ce bois soit traité (autoclave, étuve) afin de lui conférer une bonne résistance aux intempéries.

Bois dur

Les bois dur comprennent les bois exotiques comme le bambou, le teck, l’ipé ou le tatajuba par exemple. Ces bois exotique sont imputrescibles. Les essences locales comme le chêne ou le châtaignier peuvent également être utilisé pour les clôtures.

Entretien

Si vous le souhaitez, vous pouvez entretenir votre clôture en bois tous les 3-5 ans avec une lasure, ce qui permettra à votre bois d’être protégé contre les agressions extérieures, les insectes et les champignons. C’est un produit préventif et non curatif.

Construire sa clôture

Les différents éléments d’une clôture en bois

1- Préparer le terrain

Aplanissez le terrain en utilisant une pelle, un râteau ou alors avec une mini-pelle.

Délimitez votre clôture à l’aide d’un cordeau et d’une équerre.

2- Creuser des trous

Creusez les trous qui accueilleront les poteaux. Les poteaux se posent tous les 2.0 mètres en général.

3- Installer les poteaux et couler le béton

Commencez par installer les deux poteaux extérieurs en faisant attention à bien les aligner.

Utilisez le cordeau pour vous assurer que les poteaux sont bien alignés horizontalement.

Installez les poteaux, idéalement dans des ancrages en acier galvanisé pour éviter que le bois ne soit en contact direct avec le béton. Vérifiez constamment l’aplomb à l’aide d’un niveau à bulles.

Il est maintenant temps de couler le béton dans les trous creusés préalablement. C’est idéal si vous êtes deux personnes: Une personne coule le béton et l’autre s’occupe d’éliminer les bulles d’air en tassant le béton.

4- Couper les poteaux

Quand le béton a durcit, coupez les poteaux à la même hauteur.

Si ce n’est pas déjà le cas, modelez le haut de votre poteau de façon à ce que l’eau puisse s’écouler.

5- Fixer les traverses

Fixez les traverses aux poteaux. Pour assurer une bonne solidité et supporter le poids de traverses, fixez-les sur des équerres.

6- Installer les éléments de clôture

Pose unilatérale et bilatérale

Selon le rendu voulu, vous aurez des éléments de clôture plus ou moins larges, plus ou moins espacés, placés uniquement du côté jardin (unilatéral) ou du côté jardin et du côté route (bilatéral),…. Il y a beaucoup de variantes qui existent.

Si vous souhaitez espacer vos lames de bois de 10 cm par exemple, utilisez un gabarit en bois de 10 cm comme guide . Placez votre élément de clôture à côté du gabarit, vérifiez qu’il est droit et fixez-le à la traverse du haut.

Posez les éléments de clôture d’un côté (puis de l’autre si vous optez pour une pose bilatérale).

Petit conseil: N’hésitez pas à végétaliser les abords de votre clôture, c’est toujours une histoire d’équilibre en les plantes et les matériaux!

Les variantes

Il existe tellement de manière de poser des clôtures en bois à lames verticales! Votre choix se porter sur l’un ou l’autre style de pose selon vos goûts et selon le style de votre jardin. En plus de celles ci-dessous, il existe aussi des clôtures en bois à lames inclinées, des clôtures avec des éléments de différentes hauteurs, en poste chevron, etc… Soyez créatifs!

Clôture en bois peinte en blanc avec pose des éléments de clôture d’un seul côté (unilatéral).

 

Clôture en bois design et contemporaine toute en légèreté. Les hauteurs du bois diffèrent et les éléments de clôture sont très fins.

 

Clôture en bois avec les éléments de clôture posées dans le sens de la longueur et avec des essences de bois différentes.

 

Clôture en bois avec très peu d’espacement entre les lames.

 

Clôture en bois avec des largeurs de lames différentes.

 

Clôture en bois foncée avec espacement entre les éléments de clôture.


Vous souhaitez confier vos travaux de construction de clôtures à des professionnels? N’hésitez pas à nous contacter pour un devis gratuit et sans engagement: Contactez-nous!

Découvrez notre univers

Découvrez nos services

Découvrez nos réalisations

Les allées sont des cheminements qui permettent de se déplacer d’un point à un autre dans son extérieur. Que ce soit du portail à l’entrée d’une maison, de la terrasse au potager ou alors même d’un endroit du jardin à un autre, les allées sont des éléments incontournables. Grâce à ces allées vous pourrez vous balader dans votre extérieur tout en gardant vos pieds propres lorsqu’il pleut ou même déplacer votre brouette facilement. Ils sont certes pratiques, mais ont également un rôle esthétique.

Les allées en gravier

Parmi toutes les allées possibles à faire, celle en gravier reste une des plus faciles et économique à réaliser. Elles apportent une touche classique et élégante à votre extérieur. Le gravier a l’avantage d’être un matériau drainant qui laisse passer les eaux pluviales dans le sol et évite ainsi les inondations ainsi que l’apparition de flaques d’eau.

Stabilisateur de gravier

Le gravier peut également être stabilisé grâce à des structures en forme de nid d’abeille posées au sol. Ces structures permettent de maintenir le gravier en place en plus d’assurer une bonne planéité au sol. Un feutre géotextile placé en dessous de ces nids d’abeilles empêchera le gravier d’aller se glisser en dessous et de le soulever. Ils mesurent généralement entre 25 et 30 mm de hauteur et peuvent supporter jusqu’à 600 tonnes par mètre carré. Ils peuvent être coupés à la meuleuse et sont fixés les uns aux autres grâce à des agrafes généralement.

Stabilisateur de gravier

Entretien des allées en gravier

Pour avoir une allée propre tout au long de l’année:

  • ratissez et désherbez une fois par mois
  • ajoutez du gravier après quelques années pour garder un rendu esthétique
  • soufflez les feuilles en automne principalement

Type de gravier

Il existe le gravier roulé ou concassé et des graviers de différents calibres. Allez jeter un coup d’œil au point (2) de cet article pour en savoir un peu plus sur les différents types de gravier!

Les allées carrossables

Allée carrossable

Elles sont essentiellement destinées au passage des véhicules. Elles doivent ainsi être assez solides pour supporter le poids de ceux-ci. La largeur minimale est de 3-4 mètres. Afin de faciliter les manipulations des véhicules, préférez des lignes plutôt que des courbes. Lors de la réalisation du fond de forme, il est important de procéder au compactage par deux couches successives de 15 cm maximum d’épaisseur.

Les allées piétonnes

Elle sont destinées au passage de personnes. La largeur minimale est de 80cm-1m30.

Les inconvénients

  1. Pour les allées en gravier de petit calibre vous menant à votre maison, vous risquez d’avoir du gravier qui se colle à vos chaussures et de les amener avec vous à l’intérieur
  2. Ce n’est pas très agréable de marcher dessus à pieds nus
  3. Pour les régions où il neige souvent en hiver, vous risquez de prendre du gravier avec vous lorsque vous voudrez déneiger votre allée

Les différentes étapes de réalisation d’une allée en gravier

Vous aurez essentiellement besoin d’une brouette et d’une pelle pour réaliser une allée en gravier.

1- Tracé de l’allée

Vous pouvez commencer par tracer l’allée. Il existe plusieurs méthodes comme: le cordeau, le piquet avec du fil ou alors même une bombe de peinture.

Nous vous conseillons de laisser le tracé en place durant plusieurs jours afin de vous assurer que le cheminement est pratique et a du sens.

2- Terrassement

Cette étape permet de retirer de la terre du sol afin d’atteindre la profondeur nécessaire pour faire votre allée. Pour une allée piétonne, décaissez à 10 cm de profondeur. Pour une allée carrossable, décaissez au moins à 30 cm.

Pour les petites allées, vous pouvez effectuer le terrassement manuellement. Sortez votre bêche, votre pelle et votre pioche et surtout beaucoup d’huile de coude! Sinon, utilisez une mini-pelle.

3- Pose de bordures

La pose de bordures empêchera le gravier de s’échapper dans le gazon. Plusieurs matériaux existent pour faire une bordure et votre choix dépendra de la finition voulue: métal, pierre, granit, béton, aluminium.

4- Préparation d’un fond de forme et compactage

C’est une étape importante qui empêche l’affaissement du sol. Le fond de forme, c’est tout simplement de la grave naturelle (mélange de sable et de cailloux de granulométrie définie de 0/22 en général). Compacter avec une plaque vibrante ou une

dameuse manuelle si c’est une petite allée. Le compactage permet d’assurer une bonne stabilité à l’allée.

5- Toile de paillage

Une toile de paillage peut être ajoutée, afin de limiter la pousse des mauvaises herbes. Elle se place sous le gravier.

6- Mise en place du stabilisateur de graviers

Si vous décidez de mettre un stabilisateur de graviers, c’est le moment de le faire.

7- Installation des graviers

Il ne vous reste plus qu’à vous munir  de votre brouette et de votre pelle pour installer le gravier de votre choix. Afin d’éviter les ornières, veillez tout de même à limiter la hauteur des graviers (3-5cm) si vous n’avez pas utilisé un stabilisateur de gravier.


Vous souhaitez confier vos travaux d’aménagement à des professionnels? N’hésitez pas à nous contacter pour un devis gratuit et sans engagement: Contactez-nous!

Découvrez notre univers

Découvrez nos services

Découvrez nos réalisations

Brrrr…. Il fait froid! Et imaginez être paysagiste et travailler à l’extérieur ! Réchauffons-nous en parlant des jardins exotiques. Ce palmier ne donne-t-il pas envie de recréer un jardin tropical chez soi ? Un jardin tout en graphisme et tout en évasion ? Mais est-ce vraiment possible en terre helvétique ? La réponse est oui, il est possible de transformer votre jardin en jungle urbaine, mais à une condition : choisir des variétés rustiques, c’est-à-dire choisir des plantes qui résistent aux hivers rigoureux. Plantez-les à un endroit ensoleillé et dans un sol bien drainé. Ceci évitera aux racines de subir le gel hivernal. Veillez également à les planter à l’abri du vent.

Jardin exotique

 

Jardin exotique

Les palmiers

Rhapidophyllum Histrix ou Palmier à aiguilles

Ce petit palmier qui ne dépasse pas les 3 mètres de hauteur est certes petit, mais costaud ! En effet, il fait parti des palmiers les plus rustiques qu’il existe (-25°C). Il peut donc être planté en pleine terre ; une terre qu’il ne faudra pas hésiter à amender et à arroser régulièrement durant les premières années et en été. Son exposition préférée est la mi-ombre, ne le plantez surtout pas en plein soleil ! Pourquoi palmier à aiguilles ? Tout simplement car son stipe possède des pointes.

Trachycarpus Fortunei ou palmier chanvre

Trachycarpus Fortunei ou palmier chanvre

C’est certainement le plus connu des palmiers. Il est rustique (-18°C) et ses feuilles peuvent atteindre 1 mètre ! Il pousse volontiers au soleil, mais également à la mi-ombre.

Sabal Minor

Ce palmier nain n’atteint pas plus de 1.5-2 mètres de hauteur, mais que son feuillage typiquement exotique est beau ! Installez-le à la mi-ombre idéalement, abrité partiellement du soleil par de grands arbres par exemple.

Sabal minor

Jubaea Chilensis ou cocotier du Chili

Jubaea Chilensis ou cocotier du Chili

Ce palmier est imposant et très impressionnant ! Il peut atteindre 20 mètres de hauteur, avec un stipe pouvant atteindre 1 mètre et une couronne (feuilles) pouvant atteindre 5 mètres. Autant vous dire qu’il faut que vous ayez de la place dans votre jardin ! Il aime le soleil et redoute l’ombre, donc contrairement aux palmiers précédents, plantez-le plein soleil. Arrosez-le l’été au pied et diminuez les arrosages en hiver au risque de perdre la plante. Les plantes établies sont rustiques (-16°C). Cependant, veillez à protéger les jeunes plants lorsque les températures passent en dessous de 0°C.

Trithrinax campestris ou palmier trident

Trithrinax campestris

Qui s’y frotte, s’y pique ! Le palmier trident possède des feuilles qui piquent et donc mieux vaut le regarder que d’aller lui caresser ses feuilles. Malgré ses feuilles piquantes, ce palmier mérite d’être adopté : ses 2-4 stipes lui confèrent un look absolument tropical et ses feuilles gris argenté sont magnifiques. Il peut atteindre 2 mètres, mais il faudra attendre de nombreuses dizaines d’années. Comme son ami, le Jubaea Chilensis, plantez-le plein soleil, il ne supporte pas l’ombre. SI nous vous en parlons, c’est qu’il est bien résistant aux températures négatives avec une rusticité de -12°C.

Et il en existe pleins d’autres : la palmier hybride Sabal x brazorisensis (-10°C), Chamaerops humilis (palmier doum) (-12°C), etc…

Le bananier

Le bananier ou Musa basjoo

Musa Basjoo

Le bananier, qui est par ailleurs une herbe et non un arbre fruitier, est la vraie star d’un jardin exotique avec sa hauteur de 4 mètres ! Sa souche est rustique à -15°C et même plus si elle est protégée en hiver ; son stipe est rustique à -5°C sans protection. Ses feuilles par contre ne supporteront pas des températures en dessous de -2°C. Dès que les feuilles font grise mine, ne trainez pas et procédez à l’hivernage de votre bananier. Il est important de protéger particulièrement le stipe afin de pouvoir profiter de la hauteur du stipe l’année suivante et donc de commencer l’année avec une bonne hauteur. Ceci assurera une belle hauteur au bananier ! Privilégiez les sols drainants et mettez votre bananier plein soleil ou mi-ombre.

Voici les étapes de l’hivernage du bananier :

  • Supprimez les feuilles fanées et rabattez le bananier à 25-50 cm du sol
  • Entourez le stipe d’un grillage à larges mailles et le remplir des feuilles mortes ou de la paille jusqu’en haut du grillage. Vous pouvez éventuellement entourer le tout d’un voile d’hivernage, mais veillez à ce qu’il soit percé de trous pour éviter l’humidité (qui pourrit les racines).

Les agaves

Un vrai allié pour le jardin exotique avec leur allure graphique ! De nombreuses espèces existent mais elles ont toutes un point commun : leur exposition idéale est plein soleil et elles ont besoin d’un sol bien drainé. En effet, les agaves ont horreur de l’humidité et particulièrement en hiver. Attention : la plupart possèdent des épines ! Voici les variétés les plus rustiques :

Agave neomexicana

Une espèce des plus rustiques avec une rusticité de -22°C. Ses feuilles ont une couleur gris cendré.

Agave montana

C’est une des agaves les plus rustiques avec une rusticité de -20°C. Elle forme une boule compacte de feuilles vert-bleu au bout desquelles des aiguilles brunes vous décourageront de les caresser !

Agave ovatifolia

Agave ovatifolia

Avec de bonnes dimensions de 1 mètre de hauteur sur 2 mètres de largeur, cet agave saura vous séduire avec ses feuilles arrondies vertes ou bleues et sa rusticité de -15°C à -20°C. Attention : elle possède des épines courtes.

Agave havardiana

Agave havardiana

Ses feuilles sont très épineuses et de couleur argentée. Avec une rusticité de -15°C, elle résiste très bien aux gelées.

Agave parrasana

Agave Parrasana

Cet agave peut atteindre un 1 mètre de large. Elle a une belle rosette de couleur bleue. Éloignez-la absolument de l’humidité et préférez un sol bien drainant en la plantant sur un terrain en pente par exemple. Elle résiste à -10°C dans un sol bien sec et drainant.

Les bambous

Les bambous sont pour la plupart rustiques, le facteur le plus important étant de savoir s’il est traçant ou pas. En effet, les bambous traçants peuvent vite devenir envahissants et sont plutôt difficile à contenir ! Si vous souhaitez en planter un, n’hésitez pas à faire installer une barrière anti-rhizomes afin de ne pas être ennuyés par leur côté extrêmement envahissant et de délimiter leur zone d’extension.

Les bambous traçants

Les bambous Phyllostachys sont traçants et préfèrent une exposition au soleil ou à la mi-ombre. En voici quelques-uns :

Le phyllostachys aurea

Phyllostachys Aurea

Ce bambou est résistant aux gelées jusqu’à -18°C et peut mesurer jusqu’à 6 mètres de hauteur. Ses chaumes ont une couleur dorée.

Le phyllostachys aureosulcata spectabilis

Phyllostachys aureosulcata

Il mesure jusqu’à 8 mètres de hauteur et possède une rusticité de -20°C. Ce bambou possède une belle couleur de chaume jaune.

Le phyllostachys bissetii

Phyllostachys bissetii

Ce bambou est rustique (-24°C) et peut mesurer jusqu’à 7 mètres de hauteur. Il est apprécié pour son feuillage très dense.

Le phyllostachys humilis

Ce bambou résiste à des températures jusqu’à -20°C et mesure jusqu’à 5 mètres de hauteur. Ses chaumes deviennent oranges quand elles sont exposées au soleil.

Le phyllostachys nigra

Phyllostachys nigra

Avec une rusticité de -20°C, ce bambou traçant a un feuillage vert foncé et de belles chaumes noires. C’est ce qui fait tout son attrait: le contraste entre le noir et le vert! Il peut mesurer jusqu’à 7 mètres de hauteur.

Les bambous non-traçants

Les bambous non-traçants permettent d’avoir un petit air exotique dans son jardin tout en n’étant pas importunés le côté envahissant des bambous Phyllostachys. Installez-les au soleil ou la mi-ombre :

Fargesia murielae ou bambou parapluie

Fargesia murielae ou bambou parapluie

Ce bambou non traçant est très résistant au gel (-29°C) et peut atteindre jusqu’à 4 mètres de hauteur.

Fargesia robusta

Fargesia robusta

Ce bambou est rustique (-20°C) et à maturité, a une hauteur de 5 mètres.

Fargesia rufa

Fargesia Rufa

Avec sa rusticité à -26°C et sa hauteur à terme de 3 mètres, ce bambou est idéal pour votre jardin exotique !

Fargesia nitida et Fargesia scabrida ‘Asian Wonder’

Ils ont une rusticité à -28°C et peuvent mesurer jusqu’à 4 mètres de hauteur.

Chusquea culeou

Chusquea culeou

Le contraste entre le chaume et les feuilles est très intéressant. Ils peuvent être plantés chez nous avec une rusticité de -18°C et ils peuvent atteindre 6 mètres de hauteur.

Les yuccas

Les yuccas apporteront une belle ambiance exotique à votre extérieur avec ses feuilles graphiques et parfois des stipes qui peuvent atteindre plusieurs mètres de hauteur ! Leur floraison odorante a la plupart du temps lieu en été. Tout comme leurs cousins, les agaves, leur exposition favorite est plein soleil et ils craignent l’humidité hivernale. Ils résistent très bien à la sécheresse. Voici quelques yuccas rustiques :

Yucca Rostrata

Yucca Rostrata

Avec son large stipe, ce yucca ressemble quelque peu à un palmier. Ses feuilles ont une belle couleur vert-bleues. Il est résistant aux gelées (-18°C). Il peut avoir plusieurs têtes, ce qui lui donne une belle allure ! Il peut mesurer jusqu’à 5 mètres de hauteur. Son stipe croît environ de 4 cm par an.

Yucca Aloifolia

Yucca Aloifolia ou Yucca à feuilles d’Aloès

Avec ses feuilles vert foncé et sa rusticité de -17°C, ce yucca a tout pour se plaire dans votre jardin et pour donner une ambiance exotique !

Yucca Filifera

Ce yucca possède un beau feuillage bleuté. Il a une rusticité de -10°C—15°C (si les gelées sont de courte durée). Il peut atteindre 10 mètres de haut dans les bonnes conditions !

Yucca Gloriosa

Yucca gloriosa

Vous aimez les couleurs panachées ? Ce yucca est fait pour vous ! Vous pouvez le planter sans problèmes dans nos régions, car il a une rusticité de -20°C. Attention tout de même à ses feuilles qui sont piquantes. Il peut atteindre une hauteur de 2 mètres.

Yucca Treculeana

Yucca Treculeana

Son feuillage bleu, la subdivision de son stipe en plusieurs stipes, sa hauteur de 4 mètres sont des caractéristiques qui vous feront voyager ! Ce yucca a une rusticité de -15°C.

Les cactus

Pour donner une allure désertique à votre jardin, adoptez quelques cactus !  Voici une notre petite sélection de cactus :

Opuntia scheerii

Opuntia scheerii

Ce cactus n’a peur de rien ! Il est l’un des cactus les plus rustiques. Il résistera à des températures de l’ordre de -12°C. Il a des raquettes et est ainsi surnommé cactus oreilles de Mickey. Il a une couleur caractéristique vert pâle et il peut atteindre 1.5 mètres de hauteur. Exposez-le plein soleil et arrosez abondamment en été.

Opuntia humifusa

Opuntia humifusa

Ce cactus est résistant à tout: gelées (jusqu’à -35°C), neige, humidité et sécheresse ne lui font pas peur. Il nécessite très peu d’entretien. Il produit des figues, d’où son nom figuier d’Inde. Exposez-le plein soleil.

Trichocereus pasacana

Trichocereus pasacana

Ce cactus est colonnaire et ramifié et peut atteindre jusqu’à 15 mètres de hauteur. Il supporte des températures allant jusqu’à -12°C et peut être planté plein soleil.

 

Jardin exotique


Vous souhaitez transformer votre jardin en jardin exotique propice à l’évasion? N’hésitez pas à nous contacter pour un devis gratuit et sans engagement: Contactez-nous!

Découvrez notre univers

Découvrez nos services

Découvrez nos réalisations

Un bassin peut transformer l’atmosphère de votre jardin en y ajoutant de la couleur, du mouvement, différents végétaux et surtout c’est le meilleur moyen pour attirer la vie sauvage (grenouille, crapaud, oiseaux, hérissons) ! Il est non seulement esthétique, mais sa contemplation nous apporte sérénité, en plus de la faune.

Quels sont les différents bassins qu’il est possible de faire dans son jardin ?

Bassin naturel

Un bassin naturel sera composé d’une couche de terre au-dessus de la couche de liner. Cette couche de terre/boue permettra de créer un habitat immergé nécessaire à la vie sauvage. Ici, la forme du bassin ressemble à une assiette creuse. Attention à ne pas mettre trop de pente, ce qui provoquerait une chute de la terre du côté à l’intérieur de « l’assiette ».

Pour créer ce bassin, installer la sous-couche, le liner flexible et finalement la terre (une dizaine de centimètre d’épaisseur). Au fond du bassin, jetez quelques plantes oxygénantes et une plante d’eau profonde qui s’enracineront facilement. Ajoutez ensuite des plantes de bordure dans les abords peu profonds, des pierres, puis finalement des plantes flottantes à la surface.

Ne paniquez pas si votre eau n’est pas limpide et même plutôt brunâtre : c’est normal. Les mouvements incessants des poissons font que la terre située au-dessus du liner va bouger et donc s’éparpiller dans votre eau.

Bassin miroir

Un bassin miroir est entouré d’un dallage et contrairement au bassin naturel, il ne comporte pas de couche de terre/boue au-dessus du liner. Le dallage permet un tracé plus net des bordures du bassin. Il tient son nom du fait que les éléments (végétaux ou architecturaux) aux alentours se reflètent dans cette eau claire.

Bassin formel ou surélevé

Un bassin formel est parfait pour les débutants ! Achetez un bassin préformé (avec liner rigide) et le tour est joué ! Une couche de sable au fond du bassin sera nécessaire. Afin de donner un résultat net, n’oubliez pas d’installer des dalles pour les berges du bassin. Ce bassin ne comporte pas de couche de terre/boue au-dessus du liner.

Bassin informel

Un bassin informel contrairement au bassin formel n’a pas de dalles au niveau des berges du bassin, mais plutôt des rochers ou galets. De plus, un liner flexible vient remplacer le bassin préformé. Ceci lui donne un effet bien plus naturel et sauvage. Ce bassin ne comporte pas de couche de terre/boue au-dessus du liner.

Les différentes plantes

Les plantes oxygénantes

Elles sont indispensables à la création d’oxygène (par photosynthèse) dans votre bassin, molécule essentielle à la vie de la faune. Elles permettent également de limiter la formation d’algues en se nourrissant des nutriments « à leur place » et donc en les affamant. Attention tout de même à leur croissance rapide, ces plantes oxygénantes nécessite une taille régulière.

Hippuris vulgaris (plante oxygénante)

Les plantes d’eau profonde

Nymphaea nouchali (plante d’eau profonde) – Jardins de Jim

Elles sont représentées par les nénuphars, avec leur racine au fond de l’eau et leur feuille à la surface. Elles permettent d’apporter de l’ombre au bassin pendant l’été.

Les plantes flottantes

Les plantes flottantes, au contraire des plantes d’eau profonde, n’ont pas de racines qui se développent au fond de l’eau. Elles limitent la croissance des algues en les privant de lumières et de nutriments, qu’elles utilisent à leur propre fin (ou faim !). Vu leur développement rapide, il sera nécessaire d’en retirer lorsqu’elles deviennent trop envahissantes.

Eichhornia crassipes ou Jacinthe d’eau (plante flottante)

Les plantes de bordure

Elles se développent dans différents sols (marécageux, boueux, etc..). Elles permettent d’agrémenter votre bassin et comporte plusieurs espèces. Ces plantes pourront servir d’habitat pour la faune. Alors faites-vous plaisir !

Primula vialii ou Primevère des marais (plantes de bordure)

Euphorbia palustris ou Euphorbe des marais (plantes de bordure)

Source: Fontaines & bassins de jardin – Peter Robinson

 

Vous souvenez-vous de notre article concernant la création d’un bassin, mais en terrasse/balcon? Cliquez-ici pour consulter cet article!

 


Naturel ou informel, miroir ou formel, nous sommes sûrs que vous trouverez bassin à votre pied ! Vous avez besoin d’aide pour la création de votre bassin de jardin? Contactez-nous!

Découvrez notre univers

Découvrez nos services

Découvrez nos réalisations

Les murs poids

Les murs poids résistent à la pression de la terre par leur propre poids. Ils sont certes plus faciles à réaliser, mais généralement plus onéreux que les murs auto-stables. Ils sont larges à la base et se rétrécissent progressivement au fur et à mesure de leur hauteur.

Blocs de béton creux

Il est vrai que les murs de soutènement en blocs de béton creux peuvent paraître désuets, mais il existe maintenant des blocs de béton creux qui ont des lignes et des styles bien plus contemporains.

L’avantage est qu’ils peuvent être végétalisés et qu’ils sont drainants.

Les gabions

Les gabions ont la côte ! Ils sont faciles à mettre en place et sont également drainants. Ils sont personnalisables à l’infini : mettez les cailloux que vous souhaitez, la taille que vous souhaitez, la couleur que vous souhaitez !

Gabions

L’enrochement

Lors de l’enrochement, nous avons à faire à des énormes rochers qui forment un talus.

Enrochement

Le mur en pierre sèche

Mur en pierres sèches – Jardins de Jim

On ne le présente plus ! Les pierres naturelles sont empilées les unes sur les autres sans joints. C’est un travail de dextérité et de précision, qui donne un effet très naturel et authentique. Suivant la hauteur du mur et les besoins il est possible de maçonner les pierres par l’arrière de manière invisible, ce qui confère au mur une bonne stabilité.

La maçonnerie de pierre jointoyée

Cette maçonnerie utilise également des pierres naturelles, mais les pierres sont maintenues les unes aux autres grâce au béton ; d’où le terme pierre jointoyée.

Pierre jointoillée

La maçonnerie de pierre préfabriquée

Dans ces cas-là, les pierres ont été préfabriquées avant de constituer un mur de soutènement. Ces murs sont généralement plus réguliers et ont un aspect moins naturel.

Les murs en bois

Ils ont un côté esthétique très intéressant mais le bois n’aura pas la même longévité que du minéral ou du béton. C’est un matériau qui pourrira tôt ou tard, toutefois s’il est posé dans les règles de l’art avec un fond drainant il pourra faire son effet durant de longues années.

Mur soutènement en bois – Jardins de Jim

 

 

Article: Les murs de soutènement

(1) Murs auto-stables 

(2) Murs poids

 


Jardins de Jim réalise volontiers vos projets de murs de soutènement ou de clôture!

Venez découvrir notre projet d’installation de brise-vue minéral en gabions:

 

N’hésitez pas à nous contacter pour avoir de plus amples informations!

 

 

Découvrez notre univers

Découvrez nos services

Découvrez nos réalisations

Notre région et vos jardins ont souvent des pentes. Ces pentes sont de sacrés défis, mais également de belles opportunités pour construire un mur de soutènement qui permettra de garder la terre là où elle doit être, mais qui aura aussi l’avantage d’être esthétique.

Avant tout, il est important de comprendre que les murs de soutènement ne se construisent pas n’importe où. La nature du sol ou la présence de tuyaux ou câbles par exemple est à prendre en considération. N’hésitez pas à contacter un professionnel pour vous assurer de la faisabilité de votre projet.

Il existe 2 types de mur de soutènement : les murs autos-stables et les murs poids.

Les murs auto-stables

Les murs auto-stables sont construits en béton armé ou en parpaings (ou bloc de ciment) et ont une forme de T inversé ou de L. La partie inférieure est sous la terre, ce qui permet à la terre de s’appuyer sur cette partie et donc de rendre la structure stable. La mise en place d’un système de drainage est indispensable si vous ne voulez pas voir votre mur se briser sous la pression de l’eau.

Les murs en L sont généralement conçus pour soutenir des hauteurs jusqu’à 2.50m.

Mur autostable

Les murs préfabriqués ont volé la vedette aux murs bétons coulés.

Voici quelques fournisseurs de murs préfabriqués dans notre région : Créabéton, Cornaz Allaman.

 

Article: Les murs de soutènement

(1) Murs auto-stables 

(2) Murs poids

 


Il est préférable de laisser un professionnel s’occuper de la construction d’un mur de soutènement. N’hésitez pas à nous contacter pour que nous définissions ensemble quel est le meilleur mur adapté à votre extérieur !

 

 

Découvrez notre univers

Découvrez nos services

Découvrez nos réalisations